Saumur. La centrale solaire du Chemin-Vert bientôt raccordée au réseau

En travaux depuis le mois de septembre 2021, la centrale solaire de Saumur Chemin-Vert sera bientôt raccordée au réseau d’électricité et fournira de l’énergie à 5 000 Saumurois.

Depuis plusieurs mois, une centrale solaire est en cours de construction aux abords du quartier du Chemin Vert, le long du Boulevard de la Marne, à Saumur. EDF Renouvelables mène ce chantier qui a débuté en septembre 2021 sur ce site qui est une ancienne décharge appartenant à la ville de Saumur. C’est au tout début de l’année 2018 que le conseil municipal de Saumur, alors réuni en séance exceptionnelle, avait validé ce projet. Dès lors, après plusieurs phases d’analyse, de dépôt de dossier, d’appel d’offres… le projet a démarré quelques années plus tard. À ce jour, les panneaux photovoltaïques sont posés et branchés. Il ne manque plus que le raccordement au réseau par Enedis pour une mise en service dans la foulée, donc au cours de l’été – début septembre. « Le site d’une dizaine d’hectares compte 25 000 panneaux bifaces, qui récupèrent l’énergie solaire en direct et par derrière en réflexion sur le sol, sur une surface de 9,5 hectares. Cela représente une puissance totale de 10.3 Mégawatts crête et permet d’alimenter 5 000 personnes en électricité », explique la cheffe de projet EDF Renouvelables, Lucie Prudhomme. Cela représente environ 18% des besoins en électricité des Saumurois. L’exploitation est prévue pour 20 ans, avec la possibilité de prolonger jusqu’à 30 ans. La ville de Saumur loue le terrain à EDF Renouvelables pour 25 000 euros par ans.

Un projet respectueux de l’environnement

Le projet de centrale solaire de Saumur Chemin Vert s’inscrit pleinement dans la démarche de réhabilitation des sites dits « dégradés ». Le projet intègre les enjeux environnementaux identifiés avec le territoire lors de sa conception. La zone d’implantation prend en compte l’évitement de certaines zones sensibles, telles que les bordures de haies, les fossés, une zone humide, représentant des milieux de vie pour certaines espèces locales. Le calendrier a été adapté et d’importants travaux ont été stoppés entre mars et août pour pouvoir respecter leurs périodes de reproduction. Au vu de la spécificité du terrain et du risque de pollution puisque le site a été remblayé, EDF n’a pu installer les panneaux comme cela se fait généralement sur des pieux enfoncés dans le sol. Ils sont donc vissés sur d’imposants blocs de béton coulés à même le sol. Par ailleurs, il faut noter que la durée de fonctionnement de production d’électricité d’une centrale solaire est estimée entre 30 et 35 ans. À la fin de la période d’exploitation, EDF Renouvelables s’engage à réaliser le démontage de l’ensemble des installations et à remettre le site en état comparable ou supérieur à l’état initial. Les panneaux solaires sont eux recyclables à 95%.

Une barrière paysagère et un chemin pédagogique

Le chantier prendra fin avec la mise en place de mesures paysagères visant à intégrer cette centrale dans un milieu urbain. Des plantations seront installées sur une surface d’environ 2 hectares autour de la centrale à compter du mois de septembre. Un chemin pédagogique sera créé, entouré par des massifs d’arbustes le long de la clôture. Ces mesures garantissent une continuité écologique en densifiant la végétation existante de la coulée verte du Thouet.

Une politique pour répondre aux enjeux environnementaux

Le maire de Saumur, Jackie Goulet, confie à propos de ce projet et de la politique environnementale de la ville : « Ce projet à un peu moins de 5 ans. C’est une durée très raisonnable pour ce type de réalisation, mais qui est encore trop long au vu des enjeux environnementaux et des objectifs qu’il faut atteindre. Quoi qu’il en soit, nous allons désormais pouvoir produire de l’électricité localement sur un terrain qui ne pouvait ni accueillir d’activité agricole, de loisirs ou de logement au vu de son passé d’ancien dépotoir. Il a été utilisé à ces fins depuis les années 70 jusqu’au début des années 2000. Nous avons donc décidé d’y implanter un parc photovoltaïque. Cela représente un profond changement paysager, mais auquel il nous faut nous habituer pour produire l’énergie de demain. Cela va devenir un enjeu considérable, et à plus court terme, je ne suis même pas certain que l’on passera sereinement l’hiver qui arrive en terme énergétique au vu des installations nucléaires et autres. Pour ce qui est de Saumur, dans notre Plan Climat Air Energie, nous nous sommes fixés un objectif de 50% de production énergétique locale. Sur la ville, entre cette centrale solaire, celle de l’aérodrome de Terrefort et la station de chauffage à bois des Hauts-Quartiers, nous serons au-delà de ce seuil. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faudra stopper les efforts. Au contraire. Un pays doit pouvoir être autonome sur le plan énergétique et alimentaire et nous y participons en ajoutant notre petite pierre à l’édifice.
Enfin, il nous faudra travailler et nous améliorer sur 3 points fondamentaux pour répondre aux enjeux environnementaux. Il faudra quoiqu’il arrive renforcer sur l’énergie nucléaire dont nous dépendons évidemment. En parallèle, il faut continuer à développer cette part de mix énergétique. Le photovoltaïque semble en Saumurois plus facile à mettre en œuvre, car visiblement plus acceptable et moins contraignant sur le plan visuel, sonore et technique. Puis le dernier point, est celui de la sobriété. Nous devons encore faire évoluer nos habitudes. Dans ce sens, j’avais déjà annoncé plusieurs points avec la baisse d’un degré dans les piscines, la baisse du chauffage dans les bureaux de l’agglomération et de la ville, la baisse et la coupure des chauffages dans les logements sociaux plus tôt et le déclenchement plus tard dans l’année. Nous travaillons également sur l’éclairage avec un éclairage public que nous coupons plus tôt et un travail que nous allons mener sur l’éclairage des vitrines, afin que celles-ci soient éteintes à partir de minuit. La loi indique qu’elles doivent désormais être éteintes à partir d’une heure du matin. »

Commentaires 12

  1. FG says:

    Ne pourrait-on pas moderniser l’éclairage public (avec du solaire) et surtout, installer un système qui s’allume quand le piéton passe, la nuit après 23 heures?

    Répondre Modérer
  2. Sophie says:

    Complètement d accord avec FG

    Répondre Modérer
  3. Bien mais... says:

    Ce que je ne comprends pas c’est que les commerces laissent leurs vitrines allumées plus longtemps que l’éclairage public. Le contraire serait plus adapté quand même. Et d’accord avec FG ci-dessus.

    Répondre Modérer
  4. Sally says:

    Je répète mon commentaire précédent. Quand est-ce que le projet à Montreuil Bellay sera mis en ligne ?

    Répondre Modérer
  5. Florentais says:

    Bonsoir.La question de l’éclairage public avec détection a déjà vu il y a 15 ans environ. On nous a répondu à l l’epoque que je réseau et les points lumineux n étaient pas adaptés. Bref que cela coûterait un max d argent…..voilà voilà la puissance public…..question suivante?!

    Répondre Modérer
  6. Florentais says:

    Bonjour. Félicitation pour le parc photovoltaïque cohérent vu la pauvreté du sol.
    On ne peut pas dire la même chose pour le projet à l aérodrome. Un honte de bon sens.

    Répondre Modérer
  7. Florentais says:

    Re bonjour . Pour le projet des panneaux à l aérodrome. Il faudrait plutôt se diriger vers une installation a geothermie verticale. Cela préserverait le terrain naturel. Pas de soucis pour les clubs. Et utilisation en partie des bâtiments de la latte.
    Moins rentable certes mais plus bénéfique pour tout le monde…..

    Répondre Modérer
    • SIMON Christiane says:

      Et que dire des 6 lampadaires du parking de la résidence Besombe (Saumur habitat) qui hiver comme été sont allumés 1h le matin de 6h à 7h et 1h le soir de 9h à 10h, ce qui ne sert à rien pour les anciens qui y vivent depuis presque 4 ans. Prévenue plusieurs fois la direction ne bouge pas…. Un secteur serai beaucoup plus adapté….

      Répondre Modérer
  8. diabolo says:

    Eclairage public: Ne pas réparer des luminaires serait il un moyen d’économiser l’énergie? Cf l’inepte installation du « Tunnel ». D’origine, sources lumineuses non remplacées, principe de fonctionnement oublié….Il y aurait de quoi se vanter d’une rénovation prenant en compte les préoccupations actuelles largement affichées..

    Répondre Modérer
  9. Adieu Finesse says:

    C’est projet uniquement financier, rien d »écologique puisque le nucléaire est renforcé… cette énergie solaire vient s’ajouter à la consommation locale plutôt que de la remplacer… Electricité pour 5000 Habitants hors chauffage, c’est à dire pas grand chose en réalité. EDF et la mairie gagnent de l’argent avec nos impôts (puisque subventionné) sans commencer la transition énergétique…

    Répondre Modérer
  10. Yakapapa says:

    Géothermie verticale ??? Pour dormir debout ? A latte…. ALAT plutôt… (ancienne base hélico de l’armee)

    Répondre Modérer

Répondre à Sophie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !