25 janvier en Pays de la Loire. Appel à la mobilisation pour la protection de l’enfance

Le syndicat CFDT de Maine-et-Loire pour le secteur Santé-Sociaux lance un nouvel appel à la mobilisation pour ce mardi 25 janvier un rassemblement pour l’ensemble des Pays de la Loire à 11h sur le parvis de la gare de Nantes. Il fait notamment entendre des revendications pour la protection de l’enfance.

Dans un communiqué le syndicat dénonce : « Sur le Département de Maine-et-Loire, plus de 100 enfants ont une mesure de placement prononcée mais non appliquée faut de place en MECS (Maison d’Enfant à Caractère Social). Paradoxalement, l’Association Marie Dunant va fermer une de ses maisons faute d’encadrement et de personnel suffisant. Nous avons d’un côté des enfants en danger pour faute de place et de l’autre côté des places qui se ferment. » Selon la CFDT, le département de Maine-et-Loire s’est « largement désengagé du secteur de la protection de l’enfance ces dernières années, alors que les besoins sont considérables. » Parmi les raisons d’un système et d’un secteur en tension et dégradé le syndicat énumère les problématiques : « le salaire est loin d’être attractif ; les conditions de travail avec l’arrivée de jeunes venant de la pédopsychiatrie poussent les professionnels à quitter le secteur ou à refuser des CDI. »

Les oubliés du Ségur

Ce contexte dégradé entraine des conditions qui le sont tout autant : « C’est dans un climat de grande violence, au sein de ses maisons d’enfants, que les professionnels qualifiés, encore en poste, s’épuisent. On assiste à un turn-over qui empêche un fonctionnement correcte et serein. » Par ailleurs, le syndicat estime que les salariés de ce secteur ont été tout bonnement « oubliés dans le cadre du Ségur de la Santé. » Depuis l’ouverture des négociations autour de l’extension du Ségur au champ du médicosocial, « jamais la protection de l’enfance n’a été nommée ». L’appel à la mobilisation de ce mardi 25 janvier est donc là pour rappeler que le secteur « doit être associé aux revalorisations à venir, sans quoi les prises en charge des jeunes accueillis ne seront plus possibles. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?