Baignade : La Loire, un fleuve d’apparence paisible mais pourtant dangereux

Avec l'arrivée des premières chaleurs, piquer une tête dans la Loire peut sembler tentant. Pourtant, c'est s'exposer à plusieurs dangers, car sous ses aspect calmes et paisibles, la Loire recèle de nombreux dangers, notamment pour les baigneurs.

La Loire est l’un des derniers fleuves sauvages d’Europe et est le plus long de France. Elle offre un paysage à couper le souffle évoluant du matin au soir au rythme des levers et couchers de soleil et des saisons. Ses bancs de sable changent de place chaque année, comme des géants silencieux et immobiles qui sculptent le paysage. Chaque été, il n’est pas rare de voir touristes et riverains, promeneurs et kayakistes piquer une tête dans ses eaux. La Loire semble en effet de prime abord tout à fait calme, notamment l’été, lorsque son niveau est bas et que l’on peut quasiment la traverser à pied. Pourtant, il ne s’agit là que d’une façade, la Loire est un fleuve particulièrement dangereux et on y déplore régulièrement des noyades. La Loire recèle beaucoup de dangers, notamment à cause des « culs de grève ». Les grèves, ces bancs de sable, semblant très fiables, peuvent s’écrouler à tout moment et vous faire passer de 30 centimètres à 3 mètres de profondeur. Entre surprise, panique, hydrocution, ou port de matériel trop lourd, il cause régulièrement des accidents. On peut aussi régulièrement observer des tourbillons se former dans la Loire, notamment près des ouvrages. Ceux-ci peuvent emmener les nageurs, les surprendre, fatiguer ceux qui tentent de s’en échapper et causer des noyades. Il y a quelques années, un bassin était creusé dans un banc de sable de la Loire à Saint-Mathurin-sur-Loire, entre Angers et Saumur. Des centaines de baigneurs venaient y faire trempette depuis des décennies. Toutefois, celui-ci a été fermé il y a 8 ans par la tribunal administratif et la préfecture de Maine-et-Loire, car jugé trop dangereux.

Des risques environnementaux importants.

Autre raison : l’impact environnemental des baignades sur le fleuve ligérien. En effet, lors d’une baignade, nous piétinons forcément les berges… et ce sont malheureusement la faune et la flore des bancs de sable qui subissent les premiers dégâts. L’espèce la plus menacée par ces bouleversements est la sterne de Loire, un oiseau pêcheur ligérien. Le Maine-et-Loire est d’ailleurs le département le plus occupé par cet oiseau qui y niche . Les risques et les menaces concernent également les castors, qui peuvent voir l’ensemble de leur mode de vie bouleversé par le changement de place de seulement quelques cailloux. Des risques qui ne sont pas forcément visibles pour les baigneurs, mais qui impactent réellement la vie des animaux ligériens. Enfin, les eaux de la Loire ne sont pas contrôlées régulièrement, comme dans les zones dédiées à la baignade. Il existe donc un risque sanitaire. D’autant que le fleuve est depuis quelques années maintenant le théâtre du développement de cyanobactéries. Ces algues généralement verdâtres s’y développent, notamment durant les périodes de fortes chaleurs, lorsque l’eau circule peu. Elles peuvent causer des intoxications et causent chaque année la mort de plusieurs chiens. Vigilance donc, et privilégiez les zones de baignades autorisées et prévues à cet effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !