Biodiversité. Une loutre observée en Chinonais, une nouvelle rassurante

Récemment, un piège photographique a capturé une loutre sur le territoire du Chinonais. Une observation rare et rassurante pour les spécialistes et aussi pour l'environnement.

Coup de chance. On perçoit d’ordinaire sa présence grâce à ses empreintes de pas, les reliefs de ses repas, ses déjections ou ses poils, tant elle sait se faire discrète. Mais un piège photographique a récemment pris un cliché d’une loutre sur la commune de Rivière, près de Chinon. Même si on la savait présente en Touraine depuis quelques années, l’ayant observée au Nord du département sur le Maulne et la Fare, cette photo est une bonne nouvelle. Il est en effet probable qu’il s’agisse d’un mâle. Or, ces mâles, arrivés à l’âge de la reproduction, s’en vont explorer d’autres cours d’eau, parcourant parfois plusieurs kilomètres dans la nuit, à la recherche d’un nouveau territoire et de partenaires. Le cliché confirme donc une installation désormais acquise. Un peuplement difficile à évaluer, mais provenant probablement d’individus du noyau de population Breton, parvenus jusqu’en Touraine par la connexion des affluents du Loir. A noter que la loutre, comme son cousin le castor, est présente ailleurs Saumurois, notamment au fil du Thouet (relire notre article).

Une alimentation locale et de saison

C’est en effet sur les rives des cours d’eau que la loutre élit domicile et aménage des terriers, des catiches, dont la toponymie a parfois gardé le souvenir, même bien après que l’animal ait déserté les lieux. Mais elle vagabonde souvent d’un abri à un autre, provisoire ou plus durable. Quoique se nourrissant surtout de poissons, elle peut tout aussi bien mettre à son menu batraciens, reptiles ou invertébrés selon les saisons et les endroits : truites dans le massif Centre, anguilles dans le Marais poitevin… Elle consomme ainsi quotidiennement, environ 1 kg de nourriture par jour. Nageuse hors pair, dotée d’une forme fuselée des plus hydrodynamique, de larges pattes légèrement palmées et d’une fourrure huileuse, c’est une véritable acrobate aquatique furtive. Elle pénètre silencieusement dans l’eau et ne laisse que peu de chances à ses proies, avec lesquelles elle s’amuse souvent avant de les engloutir.

Passer les ponts

Longtemps pourchassée à cause de sa fourrure et de la concurrence – quoique discutée – avec les pêcheurs, sa population a décru au cours du XXe siècle. Grâce à une réglementation protectrice, elle repeuple depuis plusieurs années nos cours d’eau, mais reste vulnérable. Outre un habitat malmené par l’urbanisation et une dégradation environnementale, les ponts ou les buses sont un risque pour les loutres. Contraintes de remonter sur la rive, à cause d’un courant trop fort, et de traverser la route pour contourner l’obstacle, elles sont souvent victimes de collisions avec les voitures. En Indre-et-Loire, le Conseil départemental a décidé de l’aménagement de deux ponts pour leur permettre un franchissement sans risque. A Château-la-Vallière et à Chambourg-sur-Indre, des aménagements de passages sont prévus, sous la forme de banquettes en encorbellements, qui raccorderont les berges et permettront aux loutres de passer sous le pont. Mais il est très probable que d’autres animaux profitent de l’aubaine !

Commentaires 2

  1. Alian49 says:

    Merci les loutres pour nous rappeler que le vieux Chinon si cher à notre histoire est lui aussi en voie de disparition, mais qui s’en préoccupe ? Pour le prix de quelques canons « César » l’on pourrait faire tant de choses pour notre patrimoine en perdition !

    Répondre Modérer
  2. duval says:

    Hello,
    Je ne suis pas surpris de tout, je suis contente qu’elle existe bien , moi j’en ai vu aussi traversé devant moi juste après le passé le premier rond point en allant vers rivière. Un matin que j’allais prendre la rue de Raineau en voiture vu aussi une . J’espère qu’on va les protéger et qu’ont les laissent vivantes avec leur fourrure. A+.

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !