Chinonais et Nord-Vienne. Influenza aviaire : Des communes en zone de contrôle temporaire

A la suite de la découverte d'un foyer d'influenza aviaire en Indre-et-Loire, plusieurs communes de l'ouest de la Touraine et du nord de la Vienne ont été placées sous contrôle temporaire.

Jeudi 13 octobre dernier, un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) a notamment été mis en évidence dans une basse-cour de la commune de Panzoult, à l’est de Chinon en Indre-et-Loire.  A la suite de cette détection et conformément à la réglementation, les services de l’État des départements concernés ont défini une zone réglementée autour de ce foyer, afin de prévenir la propagation de la maladie à d’autres élevages d’espèces sensibles. Dans le cadre des mesures de lutte contre la propagation du virus, les animaux présents dans la basse-cour concernée ont été abattus. Pour éviter tout risque de diffusion du virus à des élevages, une zone réglementée, dite zone de contrôle temporaire, a été instaurée par la préfète d’Indre-et-Loire (20 km autour du foyer). Dans cette zone de contrôle temporaire, des mesures sanitaires strictes doivent être observées, notamment la claustration des oiseaux de basse-cours et la mise à l’abri des autres volailles. Les éleveurs professionnels doivent renforcer la surveillance de leurs animaux, pratiquer des autocontrôles réguliers et déclarer toute mortalité anormale de volaille à leur vétérinaire sanitaire. La chasse reste autorisée ; toutefois, de nouvelles mesures encadrent l’utilisation et les mouvements d’appelants ainsi que les lâchers de gibier. Cette zone de contrôle temporaire concerne aussi la Vienne, qui définit son propre zonage. En Indre-et-Loire, ce sont 71 communes qui sont concernées, en tout ou partie de leur territoire dont plusieurs communes du Chinonais (retrouvez la liste ici).

Dans la Vienne

Dans la Vienne, où aucun foyer d’IAHP n’a pour l’heure été mis en évidence, le préfet a ainsi mis en place, par un arrêté du 13 octobre 2022, une zone de contrôle temporaire dans un rayon de 20 km minimum autour du cas. Cette zone couvre le territoire des cinq communes suivantes : Beuxes, Ceaux-en-Loudun, Neuil-sous-Faye, Port-de-Piles, Pouant.

Des mesures de prévention

Afin d’améliorer la protection des élevages, les mesures de prévention sont renforcées dans cette aire géographique. Elles se traduisent notamment par :
–  La mise à l’abri ou la claustration des oiseaux captifs, et la protection des accès à l’alimentation et à l’abreuvement. Cette mesure vise à prévenir le risque de diffusion de la maladie, en particulier par contact avec la faune sauvage susceptible d’être infectée et vectrice.
–  Les éleveurs professionnels doivent renforcer la surveillance de leurs animaux, pratiquer des autocontrôles réguliers et déclarer toute mortalité anormale de volaille à leur vétérinaire sanitaire.
–  L’interdiction des rassemblements d’oiseaux captifs tels que foires, marchés ou expositions avicoles ainsi que la mise en place de mesures de restriction des activités cynégétiques.

Mesures générales

La situation au regard de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) s’est fortement dégradée en France métropolitaine au cours des dernières semaines. D’une part, le nombre de cas de cette maladie en élevages et dans la faune sauvage est en forte augmentation, d’autre part, nous entrons dans une période à risques accrus, du fait de la baisse des températures et du début des migrations d’oiseaux sauvages. Dans ce contexte, la France a récemment relevé le niveau de risque sur l’ensemble du territoire national. Les mesures générales de prévention sanitaire et de biosécurité sont plus que jamais de mise, et les professionnels comme les particuliers doivent les respecter strictement. Ces mesures sont précisées sur le site du ministère chargé de l’agriculture :
https://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-les-mesures-de-biosecurite-pour-les-operateurs-professionnels-et-les-particuliers

Déclaration auprès de la DDPP

Le préfet rappelle également que les détenteurs d’oiseaux à titre professionnel doivent en toutes circonstances se déclarer auprès de la DDPP (ddpp@vienne.gouv.fr ), et que les détenteurs à titre particulier ont l’obligation de se faire recenser comme tels; soit en mairie, soit en ligne, selon les modalités précisées à l’adresse : https://www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/particulier/effectuer-une-declaration-55/article/declarer-la-detention-de-volailles?id_rubrique=55 .

Au-delà des mesures de surveillance sanitaire précitées, le préfet de la Vienne a demandé aux services de l’État d’être inflexibles dans leurs contrôles de la mise en œuvre de l’ensemble des mesures de biosécurité visant à protéger l’ensemble des filières de production avicole. Outre l’application qu’ils feront des dispositions administratives garantes du respect des mesures réglementaires de protection sanitaire, les services de l’État, placés sous l’autorité du Parquet de Poitiers, constateront toute infraction pénale résultant d’un manquement réglementaire. Pour mémoire, l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’homme par la consommation de viandes, œufs, foie gras, et plus généralement de tout produit alimentaire à base de volaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?