Coudray-Macouard. Avec la sécheresse, la commune adapte sa gestion de l’arrosage

Avec les températures qui ne cessent d’augmenter sur la période estivale et l’eau qui manque, les collectivités adaptent leurs habitudes pour préserver cette précieuse ressource. C’est notamment le cas de cette commune du sud-Saumurois, Le Coudray-Macouard.

Face à la baisse des niveaux des cours d’eau accentuée par les fortes chaleurs de ces dernières semaines, la plupart des seuils d’alerte demeurent en « crise » dans le département. C’est pourquoi fin juillet, Pierre Ory le préfet de Maine-et-Loire, a décidé de maintenir les mesures de restrictions sur l’ensemble du territoire afin de ne pas aggraver la situation, de préserver l’état des milieux naturels et de conserver des capacités d’usage pour les mois à venir (relire notre article).
Face à cette situation de sécheresse importante, les collectivités doivent elles aussi s’adapter et montrer l’exemple. C’est notamment le cas de la commune du Coudray-Macouard. Cette dernière explique : « Nous n’avons plus le droit de pomper de l’eau dans les nappes phréatiques, action que nous avons déjà mise en place avant l’arrêté de la préfecture. Nous avons cependant la chance d’avoir des bassins de rétention dans lesquels nous avons le droit de prélever de l’eau. » Toutefois, ces bassins ne permettent pas pour autant de se passer de toute action visant à réduire la consommation d’eau. « Pour préserver cette ressource si précieuse, nous avons réduit les arrosages au minimum et nous les arrêterons si le bassin arrive à des limites critiques. Ne soyez donc pas étonnés si certaines plantes annuelles des massifs et jardinières montrent des signes de faiblesse », indique-t-elle à ses concitoyens.

Des plantes adaptées à la sécheresse et à la chaleur

L’autre solution pour préserver la ressource en eau et conserver de la végétation essentielle pour lutter contre le réchauffement climatique : adapter les végétaux pour des espèces plus résistantes et moins gourmandes en eau. « Heureusement, les rues de notre village sont essentiellement fleuries grâce à des vivaces plutôt résistantes (valériane, roses trémières, lavande …). D’autre part, la commission botanique a prévu de se réunir en septembre pour réfléchir (entre autres projets) au remplacement des fleurs annuelles (qui nécessitent un arrosage régulier) par des vivaces résistantes à la sécheresse. Nous tiendrons au courant la population des résultats de cette réflexion. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !