Covid-19. Le pass vaccinal entre en vigueur ce lundi, ce qu’il faut retenir

Le pass sanitaire est devenu le pass vaccinal pour les personnes âgées de plus de 16 ans. Il consiste en la présentation d'une preuve de schéma vaccinal complet, d’un certificat de rétablissement de moins de six mois ou d’un certificat de contre-indication à la vaccination. Le pass sanitaire « activités » demeure en vigueur pour les mineurs âgés de 12 à 15 ans. Récapitulatif de ce qu’il faut retenir du Pass vaccinal.

Le « pass vaccinal » est mis en œuvre dans le cadre du renforcement des outils de gestion de crise sanitaire. Il a été publié au journal officiel ce dimanche 23 janvier 2022 après avoir été adopté par le Parlement. Selon le gouvernement qui a décidé sa mise en place, « il permet de renforcer la couverture vaccinale, de limiter les risques de diffusion épidémique, de minimiser la probabilité de contamination dans des situations à risque, et donc la pression sur le système de soins, tout en permettant de maintenir ouvertes certaines activités ou lieux en complément des protocoles sanitaires propres à chaque secteur. » Ainsi, depuis ce lundi 24 janvier, le « pass vaccinal » est en vigueur et concerne toute personne âgée de plus de 16 ans.

Quelles sont les preuves recevables ?

Pour disposer du « pass vaccinal », il convient de présenter l’une de ces trois preuves :
– Un certificat de vaccination attestant d’un schéma vaccinal complet, dose de rappel comprise dans le délai imparti pour les personnes à partir de 18 ans et 1 mois qui sont y éligibles.
– Un certificat de rétablissement au Covid-19 datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.
– Un certificat de contre-indication médicale faisant obstacle à la vaccination. Les personnes concernées se voient ainsi délivrer par leur médecin un document pouvant être présenté dans les lieux, services, établissements et événements où le « pass vaccinal » est exigé.

Les personnes s’engageant dans un parcours vaccinal jusqu’au 15 février 2022 ont la possibilité temporaire de bénéficier d’un « pass vaccinal » valide, à condition de recevoir leur deuxième dose dans un délai de 4 semaines et de présenter un test négatif de moins de 24h. Le « pass vaccinal » ne s’applique pas aux mineurs âgés de 12 à 15 ans. C’est donc le « pass sanitaire » – qui inclut la possibilité supplémentaire de présenter la preuve d’un test négatif de moins de 24h – qui demeure en vigueur pour cette tranche d’âge.

Où est-il exigé ?

Le « pass vaccinal » est exigé pour accéder aux lieux de loisirs et de culture (notamment les salles de spectacle, les parcs d’attractions, les salles de concert, les festivals, les salles de sport, les salles de jeux, les bibliothèques et les centres de documentation, ou encore les cinémas) ; Pour les activités de restauration commerciale (bars et restaurants, y compris sur les terrasses), à l’exception de la restauration collective ou de vente à emporter de plats préparés, de la restauration professionnelle routière et ferroviaire, du room service des restaurants et bars d’hôtels et de la restauration non commerciale, notamment la distribution gratuite de repas. Il est aussi demandé pour accéder aux foires et salons professionnels, et les séminaires professionnels s’ils ont lieu à l’extérieur de l’entreprise et rassemblent plus de 50 personnes. Mais aussi lors des déplacements de longue distance par transports publics interrégionaux (vols intérieurs, trajets en TGV, Intercités et trains de nuit, cars interrégionaux), pour les remontées mécaniques dans les stations de ski. Enfin, il est exigé pour l’accès aux hébergements touristiques de type campings ou clubs de vacances avec un contrôle unique au début du séjour.

Les services et établissements de santé et médico sociaux, pour les personnes accompagnant ou rendant visite aux personnes accueillies dans ces services et établissements ainsi que pour celles qui y sont accueillies pour des soins programmés restent soumis au pass sanitaire, sauf urgence, et non au pass vaccinal. Ces règles concernant le « pass vaccinal » s’appliquent aux clients et aux usagers des établissements et activités concernés. Il est de la responsabilité des exploitants de mettre en œuvre le « pass vaccinal » dans leurs établissements. Il est désormais possible pour eux de contrôler l’identité d’une personne s’ils le souhaitent, ce qui n’était pas possible jusqu’à maintenant avec le pass sanitaire. L’objectif est de réduire et lutter contre la fraude et les faux pass. Le pass vaccinal est applicable aux personnes et aux salariés qui interviennent dans ces lieux, établissements, services ou événements, et sont en contact avec le public.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Commentaires 9

  1. à : Cette monstruosité n’a aucun avenir ! says:

    Dans l’histoire humaine, aucune tyrannie n’a fait long feu, mais dans le cas qui nous occupe, on parle bien d’une tyrannie qui ne trouve plus aucune racine dans le monde réel, c’est totalement hors-sol, insensé, et à ce titre, d’une fragilité inouïe. Cette monstruosité n’a aucun avenir !

    Répondre Modérer
  2. Superdeg says:

    Est-ce une tyrannie? C’est une bonne chose pour moi, pour les non vaccinés le port du masque devrait être interdit comme ça ils se contamineront entre eux et s’il y en a qui y restent et bien à la prochaine vague ils nous embêteront plus (j’aurai bien utilisé un autre verbe mais il est devenu d’usage présidentiel même royal)

    Répondre Modérer
    • Raminagrobis says:

      Ignoble commentaire j’espère que vous allez réfléchir si c’est dans vos possibilités .vous êtes super dégueulasse dans vos propos.

      Répondre Modérer
  3. @Superdeg says:

    Quel ouverture d’esprit MR SUPERDEG

    Répondre Modérer
  4. Ha, ça ira, ça ira, ça ira... 1) says:

    L’Autriche repousse l’obligation vaccinale en avril au lieu de février;
    – L’Allemagne abandonne l’idee;
    – L’Espagne veut faire confiance à l’immunité naturelle, classer le Covid comme une grippe et rejette toujours le pass;
    – En Angleterre la vie redevient normale, sans pass et sans masques
    – En République Tchèque l’idée d’une obligation vaccinale est abandonnée
    – L’OMS se dresse contre les doses de rappel répétées;

    Répondre Modérer
  5. Ha, ça ira, ça ira, ça ira... 2) says:

    – Israël n’oblige plus une quatrième dose, trop la refusent;
    – Au Quebec, la 3eme dose n’est plus recommandée pour les plus de 70 ans, les effets secondaires étant trop nombreux et trop grands.
    – La Suisse evoque le « debut de la fin » de la pandémie avec le variant Omicron;
    – LA BOSNIE-HERZEGOVINE DEVIENT LE PREMIER PAYS EUROPEEN A REJETER TOUTE FORME DE PASSEPORTS COVID.

    Répondre Modérer
    • Une saumuroise says:

      L’arme des antivaccins, le copié collé pour la diffusion massive des fausses informations.

      Répondre Modérer
      • @Une saumuroise says:

        – La cour supreme des Etats-Unis vient de bloquer le mandat de vaccination ou de test COVID-19 du president Joe Biden pour les grandes entreprises. Une politique que les juges conservateurs ont considéré comme une imposition inappropriée sur la vie et la santé de nombreux Américains.
        – L’Inde a jugulé le Covid-19 en stoppant la vaccination, et en distribuant gratuitement un kit de traitement médicamenteux (dont l’ivermectine). »

        Répondre Modérer
  6. don quichotte says:

    je vais aller au Quebec, et ils parlent français. hi.

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?