Crise économique ? Sur le marché, les commerçants n’ont pas que le sourire

Crise ou pas crise ? Sur les marchés les sourires sont présents, mais derrière les sourires, on peut voir pointer de l'inquiétude. Hausse des carburants, prudence des clients, petit tour sur le joli marché de Saumur.
Crise économique ? Sur le marché, les commerçants n'ont pas que le sourire

L’onde de choc de la guerre en Ukraine aurait-elle des conséquences sur les marchés de province ? Pour Bruno Lecocq, éleveur à Allonnes, la consommation est en baisse : « La fréquentation est en baisse, il y a eu les grands weekends, la chaleur, mais d’une manière générale, on ressent une baisse de la consommation ». Pour Sabrina Girault, présidente de l’UDCM, le syndicat départemental des Commerçants des Marchés de Maine-et-Loire, la crise est là : « On voit des allées de marchés vident pendant la semaine et mes collègues constatent que le budget des consommateurs se rétrécit. L’inflation a déjà un impact sur la consommation. Cela c’est sans compter le remboursement des Prêts Garantis par l’État pour certains et les frais supplémentaires liés à la hausse des carburants pour tous. » Un point qui travaille Frédéric Mercier qui fait plus de 100 km aller et retour pour venir sur le marché de Saumur : « Mon véhicule fait 10 litres au km. Faites le compte d’un litre de gasoil à 2 € au lieu de 1.50. Cela grève nos marges et les consommateurs ne sont pas prêts à l’accepter ».

La crise n’est peut-être pas encore tout à fait là, mais les inquiétudes pointent

Commentaires 3

  1. mathurel says:

    Il faut dire que les prix sont très haut, je suis passer voir ce main au marché de bagneux, 2.60€ le melon alors que je le touche à 1€, 2.50€ le kilo de courgette alors que je l’ai à 1€ pareil pour les tomates à 3€ que je paye 1€ et je parle pas du poisson; 35€ le kilo de crevettes.
    Les marchés ne sont plus intéressants.

    Répondre Modérer
  2. @mathurel says:

    Depuis quelques années les producteurs et commerçants sur le marché calquent leurs prix sur ceux des grandes surfaces
    et n’hésitent même pas lorsqu’ils vous servent à mettre un fruit un peu abimé à travers les autres dans le sac
    Aussi je suis comme vous j’ai laissé tomber les marchés qui devraient normalement distribuer des produits beaucoup plus frais et à
    un prix beaucoup plus correct ….

    Répondre Modérer
  3. ACM49 says:

    Depuis 1960, les ménages consacrent à l’alimentation une part de plus en plus réduite de leur dépense de consommation : 20 % en 2014 contre 35 % en 1960.
    Faudra pas venir pleurer quand à la prochaine crise les maraichers qui auront fait faillites par notre faute ne seront pas là pour nourrir la population. Réfléchissez quand vous consommez

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !