Histoire locale. Les Rosiers sur Loire : Des Rouziers à la seconde guerre mondiale

Dans ce nouveau volet de l’histoire locale, nous nous intéressons à la commune des Rosiers-sur-Loire, positionnée le long de la Loire. Aujourd’hui, elle fait partie de la commune nouvelle de Gennes-Val de Loire.

C’est à partir de 1168, sur ordre d’Henri II Plantagenet, roi d’Angleterre et Comte d’Anjou, que fut construite une digue tout au long de la Loire pour protéger la vallée des inondations du fleuve. On appellera cette digue « la grande Levée d’Anjou ». Un siècle plus tard, l’évêque d’Angers autorisa les nombreux habitants qui ont pu s’étaient installé là à construire une église et à créer la paroisse des « Rouziers ». L’origine de ce nom, devenu plus tard « Les Rosiers », viendrait des nombreux ronces ou roseaux qui recouvraient la vallée autrefois. Le bourg des Rosiers s’est donc construit en appui de cette levée, profitant à la fois de la Loire comme principal moyen de transport et de la culture des riches terres de la vallée.

1940- Les combats de la Loire

En mai et juin 1940, l’armée allemande envahit la France. Le 19 juin, ce sont plusieurs milliers de soldats puissamment armés qui arrivent aux Rosiers et occupent la rive droite avec la volonté de traverser au plus vite le fleuve pour foncer sur Bordeaux et le sud-ouest de la France. En face, dans l’île de Gennes et sur la rive gauche, 325 soldats français (les élèves de l’Ecole de cavalerie de Saumur- appelés Cadets- et leurs instructeurs) sont bien décidés à s’y opposer : ils font tout d’abord sauter le pont des Rosiers puis celui de Gennes. De violents combats ont lieu pendant deux jours avant que les Allemands ne puissent finalement passer et s’installer sur l’autre rive. Quinze cadets sont tués au combat. Leurs corps sont inhumés dans un mémorial, au pied de l’église de Saint-Eusèbe à Gennes.

L’école « Anja Schaul »

Depuis 2019, c’est le nom que porte désormais l’école publique des Rosiers-sur-Loire (commune de Gennes-Val-de-Loire). Anja est née en 1937 à Paris. Ses parents, Hans Schaul et Ruth Rewald-Schaul, anti-nazis d’origine juive sont obligés de se réfugier en France en 1933. Là, Ruth essaie de poursuivre son travail d’écrivaine pour la jeunesse. Après l’invasion de la France par l’armée allemande, elle se réfugie, fin 1940, avec sa fille aux Rosiers. C’est là qu’Anja effectuera toute sa brève scolarité. C’était une enfant particulièrement brillante, gaie, voire espiègle… Lors des grandes rafles des juifs de juillet 1942, Ruth est arrêtée et déportée à Auschwitz pour y être assassinée. Renée Le Moine, l’institutrice d’Anja, s’en occupera ; elle essaiera de l’adopter… En vain ! En janvier 1944, Anja sera à son tour arrêtée et envoyée à Auschwitz d’où elle ne reviendra pas non plus ! Il nous reste aujourd’hui quelques écrits et de superbes photos regroupés dans cette brochure réalisée à l’occasion de l’inauguration de l’école, brochure que vous pouvez télécharger ici.

Commentaires 1

  1. Florentais says:

    Bonjour. Merci pour l article et la brochure effectivement.

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !