Indre-et-Loire. Le Département et les EPCI inquiets quant à la ressource en eau

Préoccupés par la situation hydrologique actuelle, le Président du Conseil départemental et les Présidents des 10 Communautés de communes du département*, réunis le vendredi 10 mars dernier, ont décidé d’organiser une conférence départementale pour la préservation de la ressource en eau.
En effet, la France, après avoir connu une sécheresse importante durant l’été 2022, connaît un déficit pluviométrique hivernal sévère qui impacte fortement les ressources en eau, en empêchant notamment la recharge des nappes d’eau souterraines. « Cette situation anormale est très inquiétante et les conséquences du changement climatique laissent présager une amplification dans les années à venir des phénomènes de ce type. L’Indre-et-Loire est pleinement impactée par cet important déficit hydrique », indiquent les collectivités dans un communiqué commun.
Une conférence pour la préservation de l’eau
Pour anticiper les conséquences de cette situation et du changement climatique, l’Hôtel du Département accueillera courant mai 2023, cette conférence départementale pour la préservation de la ressource en eau. Elle réunira : des représentants des collectivités (Département, EPCI, communes), des représentants des structures de gestion d’eau potable, des représentants des commissions locales de l’eau et des structures de gestion de la ressource en eau, des représentants des usagers. Le Préfet sera également saisi pour la participation souhaitée des représentants des services de l’État et de ses établissements publics. Cette conférence départementale sera l’occasion : « De faire une analyse sur la situation, notamment sur l’état des masses d’eau souterraine ; D’échanger sur les mesures immédiates nécessaires de gestion de la ressource en eau ; De tracer la voie d’un futur schéma départemental de gestion de la ressource en eau qui devra faire une analyse complète des différentes ressources en eau, au niveau quantitatif et qualitatif, préciser l’ensemble des besoins en eau et leur évolution à l’horizon 2035, proposer des orientations à même de satisfaire les besoins des communes et des usagers de l’eau tout en préservant les capacités des nappes souterraines (comme la nappe du Cénomanien) et en prenant en compte les enjeux de sécurisation de l’approvisionnement en eau potable, préparer avec une vision long terme la programmation des investissements nécessaires. »
* Communautés de communes de Loches Sud Touraine, du Castelrenaudais, Autour de Chenonceaux – Bléré Val de Cher, Touraine Est Vallées, Touraine Ouest Val de Loire, Gâtine Racan, Val d’Amboise, Chinon Vienne et Loire, Touraine Vallée de l’Indre, Touraine Val de Vienne.

Commentaires 1

  1. Quelle photo catastrophique ! says:

    Pourquoi affoler la population avec de telles images, la France n’est pas à ce point et à bien loin près. Le régime de l’eau peut et doit se gérer ne serait ce pour les cultures nécessaires aux besoin du pays. N’en déplaise aux verts dont on ne peut comprendre l’obstination à rejeter toutes solutions humaines.

    Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?