L’édito du Kiosque. A bicyclette…

Nous pouvons goûter peu ou prou les grands rassemblements festifs dont nos étés sont jalonnés. En selle ou à table, l’Anjou Vélo Vintage et les Grands Tablées mobilisent des milliers de personnes vers des poussées fraternelles bienfaisantes, mais éphémères. L’utopie est une porte d’entrée qui doit rester ouverte.

C’est beau une ville, le jour et la nuit, quand scintillent les sourires de gens heureux, rassasiés de bonne fatigue, réjouis de s’être dépensés et de dépenser, encore, pour ravir ceux qui sont enchantés de les accueillir. Dans de rares et éphémères moments de partage, la désuète camaraderie de notre enfance reprend ses droits, son sens, sentiment rétro ressuscité par la passion commune et retrouvée autour d’une reine, la « petite », en apparat pour un tango angevin conduit par de pimpants cavaliers. Qu’ils se soient envolés chercher des oies du côté de Fouilly-les-Oies, comme le gazouillait Bourvil, ou partis de bon matin, partis sur les chemins, à bicyclette, avec Fernand, Sébastien et puis Paulette, tous se sont parés d’une mine enchanteresse sur leurs vélos « vintage » réunificateurs. La magie opère. Dans l’instant, un sourire par-ci, un mot par-là, quelques tours de roues partagés dans le cortège étiré par la nonchalance des uns, la gaucherie d’inexpérimentés ou d’ambitieux à court de forme sur des montures récalcitrantes, trop vite extraites de leurs couches poussiéreuses. Qu’importe, on a le temps, un but commun et on se sent légers, portés par l’insouciance d’une aventure banale, presque universelle. Tous parlent le même langage dépouillé de réserves et d’artifices, enrichi de tutoiements de bon aloi facilités par le statut de circonstance.

Le chemin du coeur

On est tout simplement heureux d’être présents, de participer, de contribuer à la réussite de ce rendez-vous rassembleur dont le peloton chamarré bruisse aux accents d’ailleurs, des routes convergentes vers la célébration du vélocipède, grand bi, tandem, triporteur, cargo, rosalie ou autre tchouk-tchouk (hors concours). Et on se prend à rêver aux jours d’après, notre ville ainsi constellée de bonne humeur, de courtoisie et de politesse, animée à pas lents et silencieux par des âmes apaisées, délestées du frein, de la mesure, pour simplement se parler. Pour autant demeurons à l’écoute, tendons l’oreille, ce chemin du coeur cher à Voltaire, tendons l’oreille pour entendre, aussi, ceux qui de loin perçoivent les flonflons d’une fête à laquelle ils ne peuvent se convier. L’argent fait parfois défaut, malgré l’envie, l’ambition raisonnable d’être près des autres, avec les autres. Anjou Vélo Vintage fédère, crée du lien social, l’harmonie et la fraternité, illustre l’utopie à laquelle nous aimerions accéder pour bien vivre ensemble. Tendons l’oreille, donnons la main pour que quelques générosités, privées ou institutionnelles, s’exercent, offrent un passeport d’entrée sur des sentiers sans frontières.

Georges Chabrier

Commentaires 5

  1. Francis Prior says:

    Un bien bel éditorial pour un bien belle manifestation tout en joyeuse convivialité .

  2. REGARD says:

    Bel édito qui ne fait pas avancer les choses : tout le monde ne peut participer à l’événement par manque de moyens ou autres. Malgré vos bonnes intentions, les rues Alsace et Gambetta (très belles réalisations) ne sont qu’exceptionnelles et réservées à un quartier. Le Chemin Vert et Hauts Quartiers aimeraient eux aussi profiter de la mane municipale et ne pas rester les oubliés de la ville.

  3. Bruno Dagen says:

    Pourrait-on une fois jamais, goûter aux mots qui rassurent et nous portent vers l’amour et l’amitié…? Merci Georges pour ces éditos.

  4. Roland says:

    La photo d’illustration est plutôt jolie mais ne représente en rien ce que sont et l’édito et le Vélo Vintage, l’un et l’autre étant conviviaux, plein de couleurs avec une harmonie collective qui fait tout le charme de cet évènement et en aucun cas un éloge de la solitude : mauvais choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?