Maine-et-Loire. Un nouveau centre d’hébergement pour les ressortissants ukrainiens

En complément des centres de Cholet, de Chemillé-en-Anjou, de Saumur et d’Angers, face à l’augmentation des besoins d’hébergement, le Préfet de Maine-et-Loire a souhaité créer un nouveau centre d’hébergement collectif mis à disposition par l’Agence Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) à Angers.

Le conflit en Ukraine a provoqué le déplacement de nombreux ressortissants ukrainiens et de leurs familles. Soutenant l’effort européen de solidarité, la France a mis en place un dispositif d’accueil de grande ampleur qui mobilise l’ensemble des départements et singulièrement le Maine-et-Loire. Depuis le début du conflit, environ 900 personnes ont été accueillies dans le Maine-et-Loire. Si certaines ont quitté le département pour rejoindre d’autres territoires de l’Union européenne, environ 750 résident actuellement dans le département, dont un tiers d’enfants.
Ces personnes sont progressivement logées de façon autonome ou sont hébergées dans des centres collectifs ouverts pour répondre à l’urgence de cet accueil inédit, et soutenu par le tissu associatif et les collectivités territoriales. En complément des centres de Cholet, de Chemillé-en-Anjou, de Saumur et d’Angers, face à l’augmentation des besoins d’hébergement, le Préfet de Maine-et-Loire a souhaité créer un nouveau centre à Angers. Après avoir déjà mis à disposition un site à Cholet, l’AFPA a proposé de mobiliser un site angevin. Pour cette mission exceptionnelle d’accueil de ressortissants ukrainiens, cet internat temporairement désaffecté a été confié à ADOMA, entreprise publique spécialisée dans l’hébergement et l’accompagnement des demandeurs d’asile.
Ce nouveau centre, d’une capacité de 60 places, a ouvert le 28 septembre 2022 et a accueilli les premiers ménages dès le lendemain avec l’appui de la Croix-Rouge et des travailleurs sociaux d’ADOMA, opérateur social mandaté par l’État d’insertion par le logement.

Commentaires 2

  1. Alizée says:

    Combien d’Ukrainiens réfugiés à Saumur ? Un point serait appréciable. L’Asea ne communique pas à ce sujet, c’est dommage ; nombreux sont ceux qui souhaitent les soutenir, notamment par des actions/manifestations comme celles entreprises par Spodiva Angers, très active ; à Saumur, rien.

    Répondre moderated
  2. LaurineL says:

    Nous avons des SDF en France aussi.
    Et bientôt encore plus avec le prix des factures, ont les envoie en Ukraine ? Ou ont les laissé dans la rue en France ?

    Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?