Météo du vendredi 23 décembre. Le Père-Noël est une femme !

Alors que Noël nécessite souvent une longue – et parfois périlleuse – organisation, l’Ifop et le site Voyage avec Nous ont souhaité savoir si les différentes tâches liées à la préparation des fêtes de Noël sont réparties équitablement entre les sexes. Réalisée auprès d’un échantillon de 1 500 Français(es), dont 1001 personnes actuellement en couple, cette étude montre une nette continuité dans l’inégale distribution des tâches domestiques ou parentales au détriment des femmes, et ceci alors même que leurs conjoints sont censés être plus disponibles durant cette période de l’année synonyme de congés pour beaucoup.

Dans le cadre de l’organisation d’un repas ou fête de Noël, 62% des femmes hétérosexuelles en couple déclarent en faire plus que leur conjoint, contre 22% des hommes. Elles sont même 37% à affirmer en faire « beaucoup plus ». Ce chiffre, avec un décalage flagrant selon le genre, n’est que le signe de la répartition non équitable du travail domestique entre les genres, qui se matérialise également dans cette période de l’année, comme dans l’organisation des vacances. Les femmes demeurent les victimes de mécanismes systémiquement établis dans lequel elles ont une fonction de gestionnaire du foyer.

La répartition des tâches

En observant le détail des tâches liées à la fête de Noël, il apparait que si une majorité est le plus souvent gérée par les femmes, trois demeurent l’apanage des hommes, mais pas n’importe lesquelles. Ainsi, 46% s’occupent le plus souvent de porter le sapin pour l’installer ou le désinstaller (tâche perçue comme nécessitant de la force), 49% d’ouvrir les fruits de mer et crustacés (tâche ayant besoin d’un savoir-faire physique) et enfin 55% de choisir les boissons (faculté perçue comme exigeant une expertise très estimée). Dans les trois situations, il s’agit de tâches « physiques » ou estimées socialement comme de haute technicité. Au contraire, les femmes gèrent le plus souvent des besognes de l’ombre (choisir le repas, 41%) ou demandant beaucoup de temps (faire les courses alimentaires, 45%).

Des tensions conjugales liées aux fêtes

Les fêtes de Noël, comme l’arrivée d’un premier enfant dans un couple, s’avèrent souvent être des sources de tensions pour les Français. Ainsi, 63% de celles et ceux qui ont déjà participé à une fête de Noël en couple confessent s’être disputés pour au moins une raison avec leur conjoint(e). Il peut s’agir d’un conflit sur le nombre ou la valeur des cadeaux à offrir à leurs proches (46%), chez qui doit se tenir le repas (40%) ou bien encore sur les invités au repas (39%). Ces disputes d’ordre organisationnel sont donc loin d’être anodines. L’esprit de Noël ne se semble pas en mesure d’apaiser toutes les mœurs… et touchent particulièrement les personnes « très stressés » par Noël (83%).

Comme le montre cette étude, Noël n’est pas que joie et bonne humeur. C’est également une période où de fortes tensions peuvent apparaître : 73% des Français l’ont expérimenté. Une fois n’est pas coutume, les différentes formes de tensions ne sont pas réparties au hasard. Ainsi, se retenir de dire ce qu’ils ou elles pensaient a été vécu par 64% des hommes et 67% des femmes, alors que de se disputer avec des convives est une expérience vécue par 39% des hommes et 31% des femmes. Cette série de données nous indique que les femmes, socialisées à rester plus en retrait, ont plus tendance à se retenir d’exprimer des sentiments négatifs, alors que les hommes, socialisés à affirmer leurs pensées, vont plus souvent aller dans un affrontement direct avec quelqu’un avec qui ils sont en désaccord. Les femmes doivent plus se cacher, alors que les hommes quant à eux doivent plus affirmer leur puissance quitte à amener des situations conflictuelles.

L’organisation des fêtes

Pour cette nouvelle édition de Noël, les Français seront nombreux à participer à un repas festif. 52% se rendront chez des membres de leur famille, 50% chez eux avec des proches et 30% des gens en couple chez leur belle-famille. Celles et ceux faisant partie de la dernière catégorie sont notamment les plus jeunes (56% des 18-24 ans), les Franciliens (43%) ou bien encore les personnes avec des enfants (49%). Au-delà des – nombreuses – sources de tensions qui peuvent émaner des fêtes de Noël, une part non négligeable des Français déclare se sentir stressée à l’idée de fêter Noël. Ce stress peut se manifester quand la fête à lieu à leur domicile avec des proches (26%), chez des membres de leur belle-famille (22%), ou chez des membres de leur propre famille (21%). Une fois encore, la structure du stress (assumé) est inégalitaire. Ainsi, dans la dernière situation, 26% des femmes affirment ressentir du stress, contre 16% des hommes.

Côté météo

Pour changer, le temps s’annonce de nouveau pluvieux ce vendredi 23 décembre 2022. Des précipitations sont annoncées tout au long de la journée, même si le temps devrait se sécher un peu en fin de journée sur le Baugeois. Du côté des températures, il fera toujours aussi doux avec 14 degrés le matin, 15 degrés en journée et 12 à 13 degrés le soir.

Matin

Après-midi

Soir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?