Région Pays de la Loire : « Un an de mandat : un an de perdu, loin des urgences et du quotidien »

Après un an de mandat du Conseil Régional des Pays de la Loire, Guillaume Garot, président du groupe d'opposition Printemps des Pays de la Loire, dresse le bilan de la majorité. "C'est une année de perdue. D’abord, les actes ne suivent pas les priorités affichées, que ce soit sur la jeunesse ou l'écologie. Ensuite, les mesures d'urgence manquent cruellement, pour le pouvoir d'achat particulièrement. Enfin, sur des sujets comme la santé ou l'emploi, les ambitions de la Région sont trop faibles, voire absentes".
Le Printemps des Pays de la Loire est un groupe de 12 élus PS, PCF, Place Publique et société civile au Conseil régional

« Des priorités affichées mais des actes qui ne suivent pas
La présidente a fait sienne 3 priorités : la jeunesse, l’écologie, l’emploi. « C’est de l’affichage », pour G. Garot. « Sur la jeunesse, avec la Prim’o’job, elle a maintenu dans la précarité ceux qui cumulent emploi et études alors même que ce cumul est un facteur d’échec à l’université. Elle a également restreint l’accès des jeunes à la culture en diminuant le e.pass culture-sport », détaille d’abord le président du groupe.
« Sur l’écologie, elle a divisé par deux les aides à la rénovation énergétique entre janvier et juillet ; elle a reculé sur la lutte contre l’artificialisation des sols ; elle ne s’est pas appuyée sur les recommandations du GIEC régional qui a pourtant fourni un travail conséquent et précis », déplorent les élus du groupe du Printemps.
“Sur l’emploi, le « big bang de l’emploi », annoncé en octobre 2021 comme mesure d’urgence, prendra la forme de salons de l’emploi itinérants… au printemps 2023 ! C’est dire l’urgence ! », souligne G. Garot.

Face aux urgences, la réponse semble être l’immobilisme
La majorité régionale ne semble pas prendre en compte les urgences. C’est le cas sur l’emploi ou sur le pouvoir d’achat notamment. « C’est une vive inquiétude que nous avons fait remonter dès décembre 2021 en proposant le remboursement de l’abonnement aux transports scolaires pour les familles d’élèves boursiers. D’autres mesures sont possibles, mais la Région n’agit pas sur ce sujet », s’inquiète Guillaume Garot.
« À cela s’ajoutent la promesse non-tenue du plan de sortie de crise pour la culture, et le refus de mettre en place avant 2024 voire 2025 la tarification sociale dans les cantines des lycées et dans les transports. Cela montre bien combien la majorité n’a pas saisi l’urgence sur ces sujets », ajoutent les élus du groupe du Printemps.

Un manque de concret et une absence de vision pour l’avenir de notre Région
« Les stratégies adoptées cette année* manquent de concret » regrette Guillaume Garot. « La Région a par exemple adopté un plan Santé 2022-2028 reprenant des mesures déjà en place, sans même les évaluer. Quant aux quelques nouvelles mesures, nous regrettons leur imprécision. Ainsi, une mesure s’intitule « étudier la faisabilité de l’expérimentation des doctobus ». Rien de moins engageant ! » commente Guillaume Garot.
« A ce manque de concret, s’ajoute un manque de vision pour les secteurs en mutation », complète Guillaume Garot. « Alors que la vente de voitures thermiques neuves sera interdite en 2035, nous regrettons l’absence de stratégie pour la filière automobile. Alors que l’aviation change de modèle, nous constatons aussi l’absence de plan pour la filière aéronautique », ajoute l’élu.

« Jeunesse, pouvoir d’achat, écologie, santé, emploi, transports, cantines des lycées, économie : sur tous ces sujets et bien d’autres encore, la Région n’a pas pris la mesure de l’urgence et c’est un an de perdu pour les Ligériens. Nous continuerons de faire des propositions concrètes sur tous ces sujets » conclut Guillaume Garot. »

* Schéma Aménagement du territoire (SRADDET), Schéma Économique, Schéma Tourisme, Plan santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !