Saumur. Classe inclusive de l’IME Chantemerle et l’école du Clos Coutard : l’ADAPEI 49 répond au SNUDI-FO 49

Dans un article en date du 8 novembre dernier, le syndicat SNUDI-FO 49 dénonçait "un manque de moyens" concernant l'école inclusive externalisée de l'institut médico-éducatif Chantemerle de Saumur (1). En réponse à ce communiqué et pour s'inscrire en faux, le directeur du dispositif Chantermerle, Christian Javelle, et la directrice de l'Adapei 49, Marie-Hélène Chautard, ont souhaité publier une droit de réponse. Le communiqué.

« Nous tenons à exprimer notre vif désaccord avec les propos polémiques tenus par l’auteure du communiqué paru le 08/11/22 dans le « kiosque de Saumur » faisant référence à notre classe externalisée qui était installée depuis six ans l’école du « Clos Coutard ». Voici nos réponses à des contre-vérités que nous relevons dans ce communiqué :

 « Des politiques de restriction budgétaire. Sous couvert « d’inclusion » d’enfants handicapés dans les écoles, le gouvernement fait des économies sur leur dos, en fermant les institutions dans lesquelles ils recevaient les soins à hauteur de leurs besoins. » Il n’y a pas de lien entre la politique de restriction budgétaire et l’inclusion, puisque salariés et dépenses courantes de notre classe externalisée à l’école du au Clos Coutard sont pris en charge par l’IME « Chantemerle », sur un budget versé par l’Agence régionale de santé (ministère de la santé) et non par l’Education nationale. Aucune institution médico-sociale accueillant des enfants en situation de handicap n’a été fermée sur le territoire saumurois. Au contraire de nombreux services ont ouvert en soutien à leur scolarité en milieu ordinaire ( service de soins à domicile, équipe mobile ressource qui associe Education nationale et secteur médico-social , classes ULIS, classe maternelle spécialisée autisme, etc….)

« A cause du manque de places dans des structures adaptées et conçues pour eux, les élèves à besoins particuliers sont de plus en plus nombreux à être laissés sans aide dans les classes ordinaires. Les classes externalisées sont un des aspects de cette destruction organisée. » Pour le SNUDI-FO 49, le bilan réel de cette « école inclusive à bas coût », ce sont des milliers d’élèves à besoins particuliers placés par défaut en milieu ordinaire alors qu’ils devraient être pris en charge par des enseignants spécialisés. C’est aussi la négation du droit pour tous les élèves à pouvoir bénéficier d’un enseignement adapté quel qu’en soit le coût. Ces remarques témoignent de la méconnaissance de ce dispositif d’inclusion . Ces 7 jeunes, inscrits dans les effectifs de l’IME (budget Santé) sont scolarisés par nos professionnels dans l’école qui accueille la classe externalisée où ils bénéficient d’un accompagnement spécialisé (éducatif et enseignant) de professionnels de l’IME Chantemerle. Pour information, il y a 3 professionnels pour ces 7 enfants. Il n’y a aucun lien, non plus, entre la mise en place de classe externalisée et le fait qu’il manque des « aides dans les classes ordinaires ». Au contraire, nous avons, à de très nombreuses reprises répondu aux sollicitations des collègues enseignantes de cette école dans un esprit de soutien et de partenariat.

 « Par cette stratégie, empruntée au coucou, les IME externalisent peu à peu leurs services et leurs personnels, et font ainsi un pas de plus vers leur propre désintégration. » Cette comparaison est méprisante et dénigre tout l’effort fait pour favoriser l’inclusion des enfants en situation de handicap. Elle affiche une représentation par principe négative de l’inclusion qui est pourtant définie comme politique nationale et prioritaire par l’état ! Pour les espaces que nous utilisons, ils sont dans des salles supplémentaires au fonctionnement normal de l’école qui étaient libres. Nous invitons à lire, à la fin de ce texte, la présentation de ce qu’est l’inclusion.

« Le directeur de l’IME met en avant les intérêts des élèves de sa classe (ceux ayant déjà une place à l’IME) sans prendre en compte ceux des enfants du quartier qui souhaitent être scolarisés dans l’école la plus proche de chez eux, comme ils en ont le droit (loi Montchamp)… tout comme le fait qu’une ouverture se profilait depuis 2 ans au Clos Coutard. Cela en dit long sur l’intérêt portée à cette classe : aucun objectif sur le long terme. L’inclusion doit-elle se faire au détriment des autres ? L’inclusion des enfants en situation de handicap est étroitement liée aux enfants des écoles de quartier. Etre « avec les autres » c’est le principe même de l’école inclusive et des valeurs qu’elle porte.  L’inclusion n’est pas la négation des besoins spécifiques et particuliers des enfants en situation de handicap. Au contraire, elle s’appuie sur le respect de ces besoins. Quant aux objectifs sur le long terme, il n’y a qu’à lire l’extrait joint ci-dessous de la convention signée par l’Education nationale, la ville et l’Adapei 49 pour en comprendre la richesse et l’intérêt.

Aujourd’hui,  nous sommes satisfaits de pouvoir annoncer que,  grâce à la mobilisation de l’inspecteur de l’Education nationale, des élus de la ville de Saumur et du service de l’éducation de la mairie, nous allons pouvoir transférer notre classe externalisée dans une nouvelle école de Saumur pour le début de l’année 2023 et poursuivre ce projet inclusif pour le plus grand bénéfice des jeunes que nous accueillons. L’école inclusive ne peut se construire que dans le partenariat. Elle nous concerne tous. »

(1) Relire le communiqué du SNUDI-FO 49 ici : https://www.le-kiosque.org/saumur-ecole-inclusive-un-manque-de-moyens-avere/

Pour aller plus loin : Extrait de la convention entre l’école du Clos Coutard, de l’IME Chantemerle et de la mairie de Saumur

Elle s’appuie sur le décret du 4 avril 2009 issu de la loi du 11 février 2005 fixant les règles de coopération entre les établissements médico-sociaux et l’éducation nationale. Dans cette perspective, la mise en place de toutes les mesures concourant à favoriser une meilleure complémentarité et coopération entre les ressources apportées tant par l’éducation nationale que par le secteur médico-social, représente un objectif prioritaire.

– La présence à l’école d’enfants de l’IME permet aux autres enfants d’accéder à des valeurs citoyennes telles que le respect de la différence et la solidarité.
– L’objectif de cette action est que les enfants soient stimulés par leur inclusion dans le contexte scolaire ordinaire afin qu’ils puissent développer leurs compétences sociales ainsi que leurs capacités d’apprentissages.
– C’est aussi favoriser l’intégration des enfants en situation de handicap en associant l’équipe enseignante, l’équipe éducative municipale et celle de l’IME ; améliorer leur communication au sein d’un environnement ordinaire l’école.

Il s’agit encore de contribuer à l’orientation définie dans le cadre de la Loi 2005-102 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

L’inclusion peut permettre de :
– Prendre en compte la demande des familles en ce qui concerne l’orientation de leur enfant et de les impliquer dans le suivi de sa scolarité.
– Favoriser les interactions entre enfants lors des temps d’enseignement, dans un cadre sécurisé, encadrés par une équipe éducative pluridisciplinaire.
– Permettre de changer les regards des adultes, professionnels et parents sur le handicap en proposant des expériences partagées, auprès des professionnels qualifiés capables de transmettre des savoir-être et des savoir-faire aux personnes non formées.

Pour rappel  : Le jeune enfant construit son identité en percevant les différences et les ressemblances des autres. Il y associe très tôt des connotations positives ou négatives : selon ce qu’il reçoit comme messages des adultes qui l’entourent. Sa capacité à rencontrer l’Autre dépend de cette expérience. Laisser les jeunes enfants se découvrir, reconnaître les différences, parler des ressemblances contribuent à leur construction et à l’image qu’ils auront de la différence.

Commentaires 4

  1. Florentais says:

    Bonjour. Reste à avoir l avis des parents des enfants concernés et l avis des enseignants qui partagent la classe. Comme ça nous aurons l avis de tout le monde sur ce sujet.
    Merci pour l article.
    Bonne journée

    Répondre moderated
  2. Parents says:

    Comment se fait il que mon commentaire ait disparu

    Répondre moderated
  3. Parents says:

    C’est vrai que l’article du SNUDI-FO 49 n’attaquait pas du tout le directeur de l’IME. Deux poids deux mesures.

    Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?