Saumur. L’entretien des vignes du château entre les mains des étudiants du lycée Edgard Pisani

La ville de Saumur et le lycée agricole Edgard Pisani de Montreuil-Bellay ont signé une convention ce vendredi 21 janvier pour que l’entretien des vignes du château soit réalisé par les étudiants.
De gauche à droite, Agnès Lenne la directrice du lycée montreuillais, Alexis, Benjamin, Jackie Goulet, le maire de Saumur, Sylvain et Louis.

Jusqu’à maintenant les vignes du château de Saumur étaient entretenues par une maison de bulle locale qui vinifiait chaque année le raisin pour en faire un vin effervescent. Un vin qui, en raison du terroir peu exceptionnel des vignes du château, était plus que médiocre, et ce malgré les efforts du viticulteur (relire notre article). Chaque année, 1 500 bouteilles étaient produites pour être servies lors de réceptions et cérémonies de la ville. La ville de Saumur a donc décidé d’abandonner ce fonctionnement et de confier l’entretien des vignes aux étudiants en BTS viticulture et œnologie du Lycée agricole Edgar Pisani de Montreuil-Bellay. Une convention a été signée pour 3 ans ce vendredi 21 janvier entre le lycée et la ville, pour encadrer et valider ce partenariat.

Un partenariat gagnant-gagnant

« C’est vraiment du gagnant-gagnant, cela permet aux vignes d’être entretenues et aux élèves de se former et d’expérimenter », souligne le maire de Saumur, Jackie Goulet. En contrepartie du travail effectué, la ville de Saumur s’engage à rémunérer l’établissement à hauteur de 2 500 euros par an. La tonte entre les rangs et la fourniture du matériel seront toujours à la charge de la commune. « Cette somme est ensuite mise dans une cagnotte commune qui permettra aux étudiants de faire un voyage dans le cadre de leur formation, durant lequel ils découvriront un autre domaine viticole, en France ou à l’étranger, et où ils découvriront une autre manière de travailler », explique la directrice de l’établissement, Agnès Lenne. « Ce partenariat a du sens à l’échelle du territoire et correspond à une volonté politique qui est de mettre en résonance les forces vives du Saumurois », souligne le maire.

Un terrain d’expérimentation et de formation

Un véritable terrain de jeu pour ces étudiants qui ont désormais à leur disposition 2 800m2, soit 1 400 plants de vignes. En plus des missions d’entretien classique (taille, tirage du bois, pliage, ébourgeonnage, accolage, épointage, réparations…), ils pourront en effet expérimenter de nouvelles techniques. L’entretien se fera de manière raisonnée et écologique. « Cela pourra par exemple consister à essayer plusieurs tailles différentes, ou apposer du paillage contre le gel et la pousse de l’herbe… », explique Alexis, l’un des étudiants. Ce projet s’inscrit pleinement dans le cadre de leurs études, puisque les jeunes doivent réaliser par groupe un Projet d’initiative et de communication (PIC). « L’avantage est que cette parcelle est assez petite. Cela ne nécessite qu’un après-midi à environ 10 pour la taille par exemple. Dans notre emploi du temps, nous avons du temps le vendredi après-midi pour ce type de projet. Cela permettra donc un suivi régulier », poursuivent-ils.

Des actions de médiation

Outre l’entretien des vignes, les étudiants réfléchiront à un plan d’action de médiation auprès des scolaires, des Saumurois, des touristes et à sa mise en place. Ils participeront également à la Fête des vendanges, organisée chaque année par la ville de Saumur. « L’idée est de faire venir des scolaires dans les vignes, mais aussi d’aller les rencontrer dans les écoles et leur expliquer ce qu’est la viticulture, les vendanges, la vinification… Nous pourrions également organiser des pressées du jus de raisin ou autre », expliquent Louis, Sylvain et Benjamin, les trois autres étudiants du projet. Par ailleurs, une signalétique sera réalisée à l’avenir dans les vignes du château à destination des Saumurois et des touristes. Enfin, si le vin n’est pas des plus fameux pour en faire un nectar, il est tout à fait délicieux à déguster comme fruit. Il sera donc possible de la déguster directement depuis le cep.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Commentaires 2

  1. Bernard says:

    Un beau moyen technique à la disposition des élèves, pour se faire la main.

    Répondre Modérer
  2. Ronchon says:

    Oui « Gagnant-Gagnant » surtout pour ces élus qui deviennent exigeants. La récolte plantée selon leur décision devait être sensationnelle mais est devenue piquette à force sans doute d’en abuser. Vive les impôts locaux.

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?