Saumur. Littérature : Emmanuel Boudas publie un essai sur l’histoire et la stratégie de guerre

L’auteur Saumurois Emmanuel Boudas, vient de publier un essai sur l’histoire et la stratégie de guerre intitulé : « Histoire et stratégie de la guerre de l'information ».

Les armées occidentales enregistrent des succès en Afghanistan et en Irak, mais sans obtenir la victoire politique reconnue sur le plan international (États, groupes terroristes, ONU…). La stratégie militaire s’inscrit au XXIe siècle dans la révolution numérique dans un monde interconnecté (internet, réseaux sociaux, 5G, Smartphones, télévision). L’ennemi peut désinformer les démocraties en manipulant l’opinion publique ou les populations locales. La guerre de l’information devient le point clé de la victoire. L’exemple de la défaite en Afghanistan l’illustre au fer rouge. Les alliés ont perdu pour plusieurs raisons : opérations inadaptées, l’absence de connaissances des traditions et coutumes de la population afghane, stratégie inexistante, des guerres nationales sans lien avec la campagne commune. Les talibans, quant à eux, ont proposé une campagne en vue de remplacer le gouvernement afghan par une puissante action sur les Afghans : propagande, terreur et création d’un « État fantôme ». L’échec allié provient aussi de la contradiction géopolitique suivante : la vengeance américaine face à la peur européenne de perdre la protection des États-Unis. Une démocratie peut envisager une stratégie de dissuasion dans ce type de conflit, fondée sur les valeurs démocratiques et le droit. Elle est bien sûr aidée par les moyens de l’OTAN, de l’UE. Comme depuis des siècles, la victoire va à celui qui refuse la défaite quel qu’en soit le prix.

Résumé

« Les racines profondes de l’échec allié dans la guerre psychologique face aux talibans de 2001 à 2014 sont des opérations largement inadaptées aux populations, l’absence de renseignements sur l’environnement humain, le manque d’une vraie stratégie unifiée avec des interventions concurrentes (Operation Enduring Freedom et International Stabilization Assistance Force), la méconnaissance totale de la société afghane sur les plans politiques et sociaux et la superposition de guerres nationales décorrélées de la campagne menée par l’Alliance. En face, les talibans ont proposé une campagne unique avec une stratégie robuste pour rester, en vue de remplacer le gouvernement afghan par une puissante action psychologique : propagande, terreur et création d’un État fantôme. C’est le camp le plus déterminé à vaincre qui a gagné. Pour vaincre, il s’agit d’adapter l’outil de défense en intégrant au sein de la stratégie de dissuasion d’une puissance moyenne libérale un puissant volet informationnel, fortement assis sur la propagation des principes démocratiques et du droit, pour dissuader toute action offensive ennemie. Ce sont ces points qui seront abordés à travers cet essai, qui tire les enseignements stratégiques de cette défaite collective. »

A propos de l’auteur

Emmanuel Boudas, vit à Saumur et est chercheur associé au Centre d’Analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM) à l’université Paris 2 Panthéon-Assas. Docteur en Histoire contemporaine et spécialiste de la première guerre mondiale et des relations interalliées pendant le conflit, il s’est également spécialisé dans le domaine de la guerre de l’information et de la propagande de guerre au XXIe siècle et suit actuellement un parcours d’habilitation à diriger des recherches.

Infos pratiques : Histoire et stratégie de la guerre de l’information, d’Emmanuel Boudas aux éditions Vérone. CODE ISBN : 979-10-284-1852-6 FORMAT : 15 x 21 cm 590 pages Prix de vente public : 28 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !