Saumur. Veuve Amiot mise sur les Journées du Matrimoine

A l’occasion de ce weekend dédié aux journées européennes du patrimoine, la maison de fines bulles saumuroise Veuve Amiot a décidé de mettre les femmes à l’honneur et de faire de ces journées celles du Matrimoine. Une notion qui colle bien plus à l’identité et à l’histoire de la cave.

En effet, la Maison de fines Bulles Veuve Amiot de Saumur a été créée par Elisa Amiot, femme avant-gardiste et ambitieuse. Tout au long de sa vie, elle a mis tout en œuvre pour développer sa marque et la diffusion de ses vins dans le monde entier tout en offrant de nombreux avantages à ses salariés. « Nous souhaitons par cet évènement lui rendre hommage et mettre en lumière le travail accompli par de nombreuses femmes de l’Histoire », indique la cave. A cette occasion, la cave avait organisé tout au long du weekend un programme riche et varié autour de la thématique de l’invisibilisation des femmes dans l’histoire. Au détour d’une visite théâtralisée des caves, Veuve Amiot propose ainsi plusieurs portraits de femmes oubliées de l’Histoire. Une conférence sur ce même thème était également organisée ce samedi 17 septembre.

Un siège évocateur

L’atelier Merveilles de Saint-Lambert-des-Levées participaient lui aussi à cette événement avec la création du « Confident d’Elisa », siège du second Empire. Les gemmes artisanes de l’atelier expliquent : « Derrière chaque femme oubliée, il y a souvent la place prise par l’homme, et le rôle pilier de la femme confidente et à l’écoute », constatent les artisanes. La femme se retrouve souvent à la deuxième place, dans l’ombre de Monsieur, d’où l’idée de revisiter le « Confident » siège du second empire sous Napoléon III. Ce siège en forme de « S » à la particularité de permettre à deux personnes de se confier sans avoir à tourner la tête, d’où son Nom « le Confident ». Leur projet : faire un Confident disproportionné aux formes modernes d’aujourd’hui, en résonance avec la place des femmes dans l’histoire ! Une place plus grande pour l’homme et une assise plus petite pour la femme. « Nous voulions retrouver nos 3 activités dans ce projet en commun », déclarent les Artisanes. « La structure sera faite avec des cartons recyclés, dont une partie de chez Veuve Amiot, les assises seront des coussins en crin et la finition en peinture acrylique en accord avec le Boudoir de la maison de Veuve Amiot, fraîchement restaurée. Sur l’assise, sera représenté le portrait d’Élisa Amiot, visage fort de l’entrepreneuriat au féminin dans le monde du vin. »

L’histoire de Veuve Amiot

L’histoire commence en 1871 quand Armand Amiot se lance dans la création d’une société de négoce à Saumur, il rachète un fonds de commerce de vins effervescents. C’est le début des affaires. Puis nouveau basculement en 1884, date qui marque véritablement le début de l’histoire de la maison Amiot. A la mort de son mari, deux ans plus tôt, Elisa Amiot décide de prendre en main la destinée de ce négoce. Elle fonde le 10 Avril 1884, sa Maison de fines bulles, Veuve Amiot. a l’époque, seule les femmes veuves peuvent créer et gérer une entreprise. Femme de caractère, intelligente, dynamique et ambitieuse, elle se fixe un défi à la hauteur de ses exigences. Elaborer et diffuser un Saumur de prestige reconnu pour sa qualité dans le monde entier. Aidée par ses fils, elle parvient très
rapidement à développer la notoriété de Veuve Amiot. A la fin du 19 e siècle, début 20 e , la maison Amiot s’agrandit avec la construction de vastes magasins et de celliers spacieux. A cette époque Elisa Amiot acquiert la propriété du coteau qui se situe au-dessus des caves afin de créer des jardins ouvriers. En parallèle, l’infrastructure de la région se développe via l’installation du tramway qui dessert les grandes Maisons de vins de St Hilaire St Florent. Dotée de qualités humaines exceptionnelles et soucieuse du bien-être de ses ouvriers, elle met à leur disposition de nombreux avantages encore très rares pour l’époque : La création d’une école appelée « Ecole St Maurice » destinée aux enfants de ses ouvriers et ouverte jusqu’à il y a quelques années pour les élèves de la commune. La création d’un asile (aujourd’hui appelé une crèche), pour accueillir  les plus jeunes enfants de ses salariés. Et même le versement d’allocations familiales. Tout ceci montre une réelle avance d’Elisa Amiot dans la façon de traiter ses employées. En 1917 a lieu le décès de « Madame Amiot » le 23 Juillet, précisément. La maison reste dans le giron familial sous la direction de Jules, le fils d’Elisa. Puis en 1926, la Maison Amiot rayonne au-delà des frontières du Saumurois : De l’Extrême Orient à l’Equateur, de Madagascar à la Nouvelle Zélande. Un succès pour les vins Amiot alors présents sur les 5 continents. Ensuite en 1988 la Maison décide de planter de la vigne sur le coteau, à l’endroit où les ouvriers cultivaient les jardins, pour rendre hommage à sa fondatrice. C’est ainsi que les premières vendanges de la « Cuvée Elisa », cuvée de prestige de la maison, sont entamées en 1991. Depuis, de nombreux millésimes de cette cuvée furent récompensés dans les concours nationaux et internationaux. Pour ensuite être la maison Veuve Amiot que nous connaissons tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !