Saumurois. Elles ont choisi le numérique #1 : Rencontre avec Marine Bellegou, vendeuse en ligne

Le numérique prend une place de plus en plus importante dans nos vies. Il est devenu un outil indispensable pour bon nombre de services et d’entreprises. À tel point que certains entrepreneurs font aujourd’hui le choix de se passer de vitrine physique au profit d’une présence uniquement virtuelle. S’il n’est pas palpable, le commerce en ligne est pourtant bien réel. C’est le choix qui a été fait par plusieurs entrepreneurs du Saumurois. Rencontre avec Marine Bellegou, créatrice du site Honey and Bloom.

Marine Bellegou, qui vit à Saumur depuis quelques années, a lancé durant l’été un site de vente en ligne de prêt-à-porter féminin : Honey and Bloom. « Je viens de la région parisienne où je travaillais dans des boutiques de prêt-à-porter durant 10 ans. Puis, je suis arrivée sur Saumur en 2019 et j’ai totalement changé de vie. J’étais alors secrétaire dans les assurances. Puis est arrivé 2020 et ses confinements. Cela a été une véritable période de remise en question sur le plan professionnel et personnel. Je me suis questionnée sur ce que je souhaitais véritablement faire. J’avais dans un coin de ma tête depuis déjà quelques années l’idée de lancer un e-shop », explique-t-elle. C’est ainsi qu’à 32 ans, Marine Bellegou a lancé sa boutique en ligne. « Entre l’idée et la réalisation du projet, il s’est passé une année durant laquelle j’ai été accompagnée par Pôle Emploi, par la BGE ou encore Initiatives Anjou. Il a aussi fallu obtenir un prêt des banques et le prêt à taux 0 de la Région. »

Faire sa place sur le net

Initialement prévu pour janvier 2022, Honey and Bloom a vu le jour en juillet dernier. « Le démarrage est assez lent puisque le contexte économique, la saison estivale, les vacances, les soldes… n’aident pas forcément. Il n’est pas non plus évident de faire sa place sur internet lorsque l’on démarre de nulle part », confie Marine. C’est pourquoi elle a décidé de se créer une vitrine via les réseaux sociaux, à savoir Instagram et Facebook. « Lorsque l’on a comme moi un site de vente en ligne, on se doit d’être présent sur les réseaux sociaux. Le site en lui-même ne suffit pas à avoir suffisamment de notoriété. Ces pages sont finalement comme un autre site que j’alimente, où j’interagis avec ma communauté, et ce quotidiennement pour être visible au maximum. Ce n’est pas comme une boutique physique où une personne passe devant et est attirée puis entre. Sur internet, si l’on n’est pas référencé, personne ne vous voit. » Mais un site internet revêt aussi des avantages, financiers notamment. « Il est vrai que cela engendre moins de charges qu’un local commercial. Par ailleurs, cela permet de s’ouvrir à une clientèle plus large sur le plan géographique. Internet n’a pas de limite. Même si pour le moment le gros de ma clientèle est de la région Saumuroise puisque cela se lance progressivement par le bouche-à-oreille. »

Pourquoi pas compléter avec un local ?

Marine Bellegou travaille actuellement de chez elle dans un endroit qu’elle a spécifiquement dédié à son activité. Si elle a fait le choix du numérique, elle n’écarte toutefois pas l’idée d’un jour avoir un lieu physique. « Je n’exclus pas d’ouvrir un jour une boutique si le site marche bien. Cela pourrait aussi prendre la forme de pop-up stores, des boutiques éphémères. Enfin, pourquoi pas également disposer d’un local qui me serve de bureau où on pourrait également trouver un showroom ouvert sur rendez-vous pour des temps personnalisés avec les clientes », évoque l’entrepreneuse saumuroise. Quoi qu’il en soit et avant de voir plus loin, Marine Bellegou travaille pour le moment au développement de son site. Elle doit gérer actuellement les commandes, les shootings photo, les retouches photo, la gestion du site, les envois… « Je dois pouvoir gérer dans la situation actuelle jusqu’à 20 ou 30 commandes par jour. Au-delà il faudra envisager d’embaucher une personne supplémentaire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !