Saumurois. Transports : Une famille sans solution pour le suivi de leur fille autiste

Floryne, 3 ans, est atteinte de troubles autistiques. Elle est suivie au Centre Médico-Psychologique de Saumur chaque semaine et, alors que la famille a le droit à un moyen de transport pour véhiculer la petite fille, aucun transporteur n’accepte de la transporter.  

La famille de Floryne est arrivée dans le Saumurois en août 2021, depuis le sud de la France où elle résidait avant. La petite fille de 3 ans était suivie dans un premier temps dans le sud, mais c’est lorsqu’elle est arrivée en Saumurois et que son suivi a débuté avec la PMI (Protection Maternelle et Infantile) et le CMP (Centre médico-psychologique) de Saumur qu’elle a été diagnostiquée comme ayant un syndrome autistique. « Elle présente un trouble du langage et un très léger trouble comportemental. Elle ne tient pas vraiment en place, mais rien de démesuré pour une petite fille de 3 ans », explique son père, qui préfère conserver son anonymat. Le handicap de Floryne est reconnu à 80% par la Maison Départementale de l’Autonomie (MDA) et à 100% par la sécurité sociale. Elle est également scolarisée à l’école de la Coccinelle, mais pas encore dans l’unité autisme qui vient d’ouvrir en cette rentrée scolaire (relire notre article). « Nous espérons qu’une place se libèrera pour elle dans cette unité dans les mois à venir », commente le papa. Pour avancer dans le suivi de la petite fille, la famille a mis en place un suivi au sein du CMP tous les mardis matins et des séances d’orthophoniste tous les jeudis. « L’objectif de ce suivi au CMP est de trouver le déclencheur et de l’aider à trouver la parole. À cet âge, on nous a dit que cela pouvait évoluer très vite et que les enfants pouvaient très vite parler si le suivi est régulier », poursuit-il.

Pas assez loin

Un suivi régulier qui demande donc un peu d’organisation et de temps. « On nous a indiqué au CMP que nous avions le droit à un transport pour que Floryne soit emmenée chaque semaine à ses rendez-vous », précise le père de famille. Et c’est là que la galère commence pour la famille. Il raconte : « J’ai donc contacté de nombreuses entreprises de taxis et d’ambulances et la réponse a été unanime. Aucun ne voulait prendre en charge Floryne de manière régulière. Ils ne se sont pas cachés de la raison, j’habite trop près du CMP et cela ne fait pas assez de kilomètres pour eux et ce n’est donc pas assez rentable. Il aurait fallu que j’habite à plusieurs dizaines de kilomètres pour espérer être pris. » De fait, la famille habite St Lambert des Levées et le CMP est situé dans le centre-ville de Saumur, rue Seigneur. Une situation qui révolte ce père de famille qui connait bien le milieu pour avoir été ambulancier durant 18 ans. Autre problématique, sa femme n’a pas le permis en raison de sa maladie, la narcolepsie, qui provoque des endormissements irrépressibles et imprévisibles en journée. « Je suis donc obligé de poser des heures de travail pour l’emmener, car il n’est pas question de la priver de ce suivi. Alors que tout est pris en charge financièrement, je me retrouve à perdre de l’argent », s’agace-t-il.

Toujours sans solution

Selon les services du CMP, cette situation ne serait pas vraiment un cas à part. « L’assistante sociale du CMP, le médecin, le ministère des Solidarités que j’ai contacté ont été tout bonnement abasourdis par ce refus. L’assistante sociale a par ailleurs indiqué que de nombreuses familles rencontraient des difficultés au niveau du transport. » La famille décide alors de se tourner vers les instances locales. À savoir le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Saumur « qui ne peut rien faire pour nous, car ils ne peuvent assurer ce type de voyages réguliers. Par ailleurs cela est payant », mais aussi le service de transport à la demande (TAD) de Saumur Agglobus, mais cela coûterait à la famille 2 euros par trajet, alors même que cela devrait être pris en charge financièrement par la sécurité sociale. Pour le moment la petite Floryne et sa famille se retrouvent donc sans solution et lancent un appel pour alerter sur « une situation qui touche de nombreuses familles au-delà de la nôtre. »

Commentaires 7

  1. Superdeg says:

    LE CCAS a un transport solidaire gratuit pour les vieux, pourquoi il ferait payer dans ce cas là pour 8 €uros par mois … le coût de 2 ou 3 petits fours ! ou 100 €uros/an si chaque élu de l’agglo donnaient 1 €/an et Président maire comléterait à 100 €uros

    Répondre Modérer
  2. Mimi says:

    Je croyais que les taxis ambulances étaient là pour les personnes malades si on n’habite pas assez loin on n’a pas le droit de se soyez ils pourraient tous ce remettre en question si c’était eux qui auraient un enfant ou une personne de leur entourage ils feraient la même chose s’est vraiment inadmissible

    Répondre Modérer
  3. HUGUES JOURD'HUI says:

    C’est un scandale et ça fait des années que ça dure. Des parents m’ont raconté des situations identiques il y a 2 ans.
    Et quand les parents allertent l’ARS ou les services sociaux, on vous demande de consigner par écrit les problèmes et de leurs envoyer en attendant d’accumuler les plaintes pour pouvoir diligenter une action… rien ne se passe !
    C’est une honte de laisser les parents dans ces situations, et ce n’est pas, ici, un cas isolé.

    Répondre Modérer
  4. Vous nous avez contacté .
    Nous réalisons le transport des autres enfants, et nous pouvons répondre à votre demande dès que nous recevrons la prise en charge soit par la MDA, soit par le CCAS soit par la Sécurité sociale ou votre inscription à Agglobus (2€pour votre enfant et votre femme ?)
    Bon courage dans le méandre administratif.

    Répondre Modérer
  5. Papy B says:

    Sommes nous si égoïste a ce point pour ne pas aider ce petit amour de 3 ans ? C’est son avenir que ses parents demande…. ne regardons pas que ce ça coûte, mais regardons ce que nous pouvons faire.
    Mmes et Mrs les élus vous avez des arguments pour vous faire élire, ayez des arguments pour solutionner cette situation , c’est une petite fille de 3ans qui demande a s’épanouir.

    Répondre Modérer
  6. Suzanne says:

    C’est discrimination contre les handicapes. Les premieres cinq ans sont tres importantes pour les autistes. Les enterprises de transport ont un obligation aux tous les citoyens et leurs excuses sont pathetique

    Répondre Modérer
  7. Désabusé says:

    Il est de plus en plus difficile de trouver un transport sanitaire.
    Des structures de convalescence sont obligées de passer par le SAMU pour obtenir un transport, normal, ce n’est pas le même tarif.
    Depuis qu’une grosse « boîte » s’est implantée dans le saumurois, c’est la galère. Les petites entreprises n’arrivent plus à suivre face à la surdemande de transport. Plusieurs signalements ont été faits mais rien ne bouge.
    J’espère que la situation de Floryne va se débloquer.

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !