Saumurois. Une association foncière pastorale pour remettre de l’élevage en bord de Loire

Voilà un sujet qui trainait sur la table depuis un moment. L’association foncière pastorale a finalement vu le jour le weekend dernier. Plusieurs parcelles en bord de Loire serviront à l’élevage.

Samedi 2 juillet 2022, l’association foncière pastorale pour la gestion des terres entre Saumur et Montsoreau, entre la D947 et la Loire, a vu le jour. Il s’agit d’un dossier lancé il y a maintenant plusieurs années qui avait fait réagir quelques propriétaires terriens (relire notre article). Le principe de l’association foncière pastorale, portée par l’agglomération Saumur Val de Loire, est d’entretenir ces parcelles de végétation tout en réintégrant du pastoralisme en Saumurois, sur des terres qui ne peuvent être utilisées pour autre chose (relire notre article). Cet espace de verdure représente 190 hectares, décomposé en 830 parcelles, et compte 425 propriétaires et copropriétaires. 248 ont intégré cette association pastorale. A noter que 33% des terrains appartiennent à l’agglomération.

23 hectares en prairies

Au total, ce seront 23 hectares qui seront aménagés en prairie sur les communes de Dampierre-sur-Loire, Parnay, Souzay, Turquant et Monsoreau. « Le reste des terrains restera comme actuellement. A noter qu’il ne sera pas demandé de participation aux propriétaires ayant intégré l’association foncière pastorale pour les travaux que nous allons réaliser. Ils ne recevront par ailleurs par de loyer. Ils gardent cependant l’usufruit de leur terrain avec le droit de chasse, le droit de pêche ou encore de faire du bois », détaille le président de l’agglomération, Jackie Goulet.

186 000 euros de travaux

En effet, quelques travaux vont être réalisés pour transformer ces espaces généralement sauvages en prairies. Cela représente un billet d’environ 186 000 euros pour défricher, clôturer ou encore apporter de l’eau (via des puisages ou autres) sur les parcelles afin d’abreuver les animaux. Cette enveloppe est partagée entre l’Etat (7 200 €), la Région Pays de la Loire (70 000 €), le Département de Maine-et-Loire (67 000 €), les communes (21 000 €) et l’agglomération (21 000 €).

Commentaires 1

  1. Gui says:

    Dommage moi qui avait le plaisir de voir des biches, des faons et des cerfs depuis ma fenêtre tôt le matin ou en fin de journée. Je vais avoir droit à quoi des vaches, ou autres.
    Les décisions sont toujours prises par des gens qui n’habitent pas les lieux, sans concertation et imposé.

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.
Le Kiosque renforce sa veille : Les commentaires ne seront pas corrigés. Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés. La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Vous pouvez aussi nous adresser un article, une réflexion, une pensée,... que nous publierons en courrier du lecteur.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !