Thouars. France Champignon : 10 000m2 de bâtiments désaffectés mis en vente

C’est une aubaine pour les porteurs de projet et l’économie thouarsaise puisque l’ancien site de France Champignon de Thouars, fermé depuis 2016, va être mis en vente le 30 juin prochain. Au total, 10 000m2 de bâtiments et 4 hectares de terrain.

L’entreprise France Champignon avait été en grandes difficultés durant plusieurs années. L’entreprise avait fait l’objet d’une restructuration complète (relire notre article) après avoir été placée en redressement judiciaire. La société est aujourd’hui une société coopérative agricole détenue en majorité par le groupe Bonduelle. Elle travaille avec quelques producteurs partenaires dans le Saumurois et produit ses champignons sur un des sites longuéens. « Bonduelle a racheté les sites de Doué, où l’on fait la transformation, de Longué, où l’on cultive, et de Montreuil-Bellay, où l’on se charge de la logistique. Le siège de Bagneux n’a pas été repris et les bureaux vont être rapatriés sur Doué où l’on construit de nouveaux locaux. Dans l’histoire, nous avons dû nous séparer de 17 personnes, principalement dans la partie administrative », détaillait alors David Morange, le directeur général en novembre dernier. Aujourd’hui, l’entreprise semble s’être stabilisée après quelques années où son avenir n’avait rien de certain. Elle compte actuellement 470 salariés sur 7 sites différents (Doué, Montreuil-Bellay, Loudun, Longué-Jumelles, l’Ile-Bouchard, Montoire). Elle produit annuellement 45 000 tonnes de champignons en conserve, 7 000 tonnes en surgelés et 2 500 tonnes en frais.

L’ancien site de Thouars mis en vente

En 2016, France Champignon avait notamment dû fermer son site de Thouars. L’activité avait alors été transférée sur le site de Doué-en-Anjou et les environs, la moitié des 140 employés y avait été reclassés. Aujourd’hui et depuis cette date, le site est toujours inoccupé, mais peut-être plus pour longtemps. En effet, il sera mis en vente le jeudi 30 juin prochain lors d’une vente aux enchères à Paris. Ce sont ainsi pas moins de 10 000 m2 de bâtiments sur 4 hectares de terrains qui seront disponibles et retourneront renforcer l’économie thouarsaise. Le prix de départ sera fixé à 400 000 €. Sur cette parcelle, plusieurs bâtiments datant d’époques différentes allant des années 70 à 2000. Il s’agit tout bonnement de la plus grande friche industrielle du département des Deux-Sèvres. Une aubaine pour les porteurs de projets dans un contexte de tension sur les surfaces disponibles et de non-artificialisation des sols grandissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !