Chinonais. Les urgences et la maternité restent fermés au moins jusqu’au 7 juin

Après une réunion de crise qui s’est tenue ce mardi 31 mai, le centre hospitalier du chinonais a décidé de maintenir ses services des urgences et de maternité fermés, au moins jusqu’au 7 juin 2022.

Le centre hospitalier du Chinonais a fermé ses services d’urgences et de gynécologie obstétrique le 18 mai dernier en raison d’un manque important de personnels de permettant plus d’assurer normalement ce service de santé (relire notre article). Ce mardi 31 mai 2022, l’hôpital chinonais a décidé de maintenir la fermeture temporaire du service des urgences et de suspension de la prise en charge des accouchements et des urgences obstétricales. Dans un communiqué le centre hospitalier indique : « Suite à la réunion de crise de ce jour au centre hospitalier du Chinonais, prenant en compte le nombre de professionnels (infirmiers et aides-soignants) en arrêt maladie, il est décidé de maintenir la fermeture des urgences avec orientation des usagers qui s’y présenteraient, et la fermeture de la maternité pour ce qui concerne la prise en charge des accouchements et des urgences obstétricales. » La ligne SMUR reste quant à elle ouverte sans changement (h24). Un prochain point d’étape sera effectué le mardi 7 juin prochain pour évaluer l’évolution des organisations.

Commentaires 7

  1. Superdeg says:

    Mais les soignants ils se font soigner où? En tout cas les infirmiers y sont forts dans les jeux de télé

    Répondre Modérer
  2. Florentais says:

    Bonsoir. 30 ans environ que les hommes et femmes politiques sont prévenus. Mais à l époque on nous disait mais non que nous étions pas à plaindre que l état gérait. Après le covid
    on voit aujourd’hui le résultat de la gestion.

    Répondre Modérer
  3. Air2Dédé says:

    La gestion de démolition du service public est en marche.

    Répondre Modérer
  4. Gérald Kierzek cash sur les soignants non-vaccinés : il interpelle Emmanuel Macron! says:

    « Leur réintégration relève d’une triple nécessité : 1/médicale (la suspension n’a aucun sens, le vaccin n’empêche pas la transmission virale) 2/ confraternelle (par respect et dignité des collègues suspendus) 3/ ressources humaines (manque de soignants) », a répondu Gérald Kierzek, en taguant Emmanuel Macron avec un point d’interrogation dans son post afin d’interpeller le président fraîchement réélu…

    Répondre Modérer
    • C'est normal says:

      C’est une grave faute professionnelle et la plupart sont des aides-soignants. Donc pour vous c’est bien de mettre la vie des autres en danger. Et arrêtez de nous seriner que même les vaccinés transmettent le virus car les vaccinés développent une forme bcp moins grave et cela évite les hospitalisations et la mort. Et c’est qd même grâce aux vaccinés que le virus disparaît progressivement. Alors, oui, les non-vaccinés sont des dangers publics.

      Répondre Modérer
      • @C'est normal says:

        Enfin pour l’instant, ce sont les soignants vaccinés de l’hopital qui sont en train de crever et pas du covid… Mais bon, s’ils n’ont pas besoin d’aide, qu’ils arrêtent de se plaindre.

        Répondre Modérer
  5. Florentais says:

    Bonjour. L etat vient d’être tout juste condamné pour les mise à pied sans salaire du personnel hospitalier non vaccinés. Ils vont demander réparation pour licenciement abusif.
    L etat refuse encore leur intégration !

    Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !