Saumur. Mouvement de grève des écuyers au Cadre Noir

La chose n'est pas fréquente : une représentation du Cadre noir prévue ce vendredi soir 1er avril a été supprimée suite à un mouvement de grève des Ecuyers. Le dernier et premier mouvement remonte à 2016. Les écuyers/enseignants adhérents au syndicat SNAPS-UNSA du Cadre Noir expliquaient qu'ils souhaitaient "marquer de façon significative leur mécontentement face à un climat social fortement dégradé au sein de l'établissement." (1)

Ce vendredi 1er avril, le site saumurois de l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation accueille une journée de colloque autour des enjeux de la filière équine dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne (relire notre article). Cet événement est organisé par l’IIFCE en partenariat avec Laetitia Saint-Paul, Vice-présidente de l’Assemblée nationale et Députée de Maine-et-Loire, et l’European Horse Network (EHN), né en 2009 sous l’impulsion de la présidence suédoise de l’UE. Ce dernier s’attache à représenter et à défendre les intérêts de la filière cheval à l’échelle européenne. Ainsi tout au long de la journée, des conférences et des tables rondes avec divers partenaires et acteurs européens du cheval étaient organisées. La journée devait également se terminer de 19h à 20h par un spectacle du Cadre-Noir ouvert au public. Mais celui-ci n’aura finalement pas lieu. En effet, la date de ce vendredi 1er avril a été choisie par le Syndicat national des activités physiques et sportives (SNAPS) comme journée de grève. Ainsi, plusieurs des 31 écuyers du Cadre Noir, dépendant notamment du Ministère des Sports, étaient en grève. La représentation prévue ce jour à 19h ne pourra donc pas se tenir.

Un Cadre Noir qui se dégrade

Les écuyers grévistes expliquent que « l’objectif de ce mouvement est de faire réagir la direction de l’IFCE. Cela fait maintenant plusieurs mois, voire plusieurs années, que l’on alerte sur une situation qui se dégrade et qu’il n’y a pas de dialogue constructif sur nos attentes. Ce mouvement de grève est donc une nouvelle alerte pour faire bouger les lignes. » Concrètement, les écuyers craignent que « le Cadre Noir soit en danger. On remarque des similitudes dommageables avec ce qui s’est passé il y a quelques années avec les haras nationaux. Il y a une dizaine d’années, on a décidé d’enterrer les haras en les fusionnant avec l’Ecole Nationale d’Équitation, ce qui a donné l’IFCE. On a donc vu au sein des haras les moyens baisser considérablement, tout comme les missions et on y a fait du ménage dans les salariés. On ne veut pas que cela arrive au Cadre Noir. Et pourtant, depuis plusieurs années on observe une réduction considérable des compétitions de haut niveau et des projets. Or il faut noter que la perte de dynamisme du Cadre Noir, c’est une perte de dynamisme pour tout le territoire du Saumurois. »

Des conditions difficiles et un manque de reconnaissance

Les écuyers déplorent des moyens et des conditions qui se dégradent eux aussi. « Plus de 50% des équipes sont aujourd’hui contractuelles et les CDI ne sont pas remplacés ou le sont par de l’intérim. Il y a de cruels manques de salariés dans la maréchalerie, chez les soigneurs et chez les écuyers. Il y a 10 ans nous étions 41 contre 31 aujourd’hui. La direction attend de nous une certaine excellence au travers du Cadre Noir et de ce qu’il représente, mais sans mettre de moyens supplémentaires. On peut aujourd’hui se questionner sur l’attractivité du poste. » Actuellement, les écuyers sont assimilés au statut des professeurs de sport, or « la tâche dépasse ce statut jumelé. Il s’agit d’un métier passion, très chronophage, il faut une fibre. Ce statut ne correspond sans doute pas aux attentes des écuyers. Il n’y a pas de reconnaissance du travail. » Cette grève vise à mettre une certaine pression à la direction qui vient d’ouvrir la discussion et a rencontré les écuyers et les syndicats. Ils assurent que « si rien ne se passe, il se pourrait qu’il y ait de nouveau un mouvement. » Même s’ils étaient en grève ce vendredi, les écuyers étaient tout de même présents sur le site de Saumur, afin de s’occuper de leurs chevaux. Toutefois la carrière d’honneur et les autres manèges étaient totalement vides.

Des discussions engagées entre l’IFCE et le ministère

De son côté, le directeur général de l’IFCE, Jean-Roch Gaillet explique : « Nous avons rencontré hier soir les représentants du syndicat pour échanger sur leurs revendications. Cet échange s’est fait en toute courtoisie. Devant leur volonté de maintenir la grève, nous avons été contraints d’annuler cette petite représentation. Une centaine de personnes avaient réservé, nous les avons contactées et nous engagerons une procédure de remboursement. Le colloque quant à lui se déroule tout à fait normalement. » Il assure avoir « entendu les attentes et les revendications des écuyers et du syndicat. Il y a une partie que je peux régler à mon niveau, mais la partie la plus importante et la plus tendue doit se régler au niveau du ministère des Sports. Je n’ai pas la main sur tout, mais j’ai déjà pu donner les éléments sur lesquels j’ai la main. Il faudra ensuite engager une discussion avec le ministère. Un premier échange a eu lieu en visio et une rencontre est prévue au début de la semaine prochaine », indique-t-il. Jean-Roch Gaillet explique également que l’IFCE est sous une double tutelle entre le ministère des Sports et celui de l’agriculture : « Il n’est pas question que je traite avec un seul petit groupe sans faire attention aux autres. Quoi qu’il en soit, la fonction publique fait que les agents sont employés selon un cadre et que l’on ne peut en sortir ni y déroger. Je ne peux pas aller plus loin que ce que permettent les statuts. Il nous faut donc chercher toutes les bonnes cases pour faire avancer ce dossier. »

 (1) Notre article du 24/05/2016 http://saumur-kiosque.com/article.php?id_actu=31030#

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email

Commentaires 13

  1. Joseph Pujol says:

    J avais donc un scoop….

    Répondre Modérer
  2. Superdeg says:

    Est-ce un poisson d’avril? Blocage du pont du cadre noir?

    Répondre Modérer
  3. Champion says:

    Je veux voir un écuyer avec un drapeau de la CGT !!!!

    Répondre Modérer
    • Vlady Boissin says:

      Drapeau de la CGT je ne pense pas , mais du SNAPS çà se pourrait . Le droit de grève est inaliénable quelque soit le métier exercé (à part militaire et police nationale)

      Répondre Modérer
  4. Florentais says:

    Bonsoir. Oui c est ce que je me suis dit dans un premier temps !
    Puis après…. rien ne m’étonne dans cette période de renouveau à la methode macroni ou l humain passe après.

    Répondre Modérer
    • @Florentais says:

      Exact, méthode Macron! Rien d’étonnant puisque c’est notre députée fétiche qui organise le super colloque qui comme d’habitude a fait pschiiit!… On ne peut pas indéfiniment faire croire qu’on est utile en participant à des niaiseries, il y a des limites à tout…

      Répondre Modérer
  5. @florentais says:

    Je me demande si le temps qui d’un seul coup vient de se dégrader ce n’est pas la faute à Monsieur Macron !
    Attention Superdeg, Florentais marche sur vos plates-bandes, vous allez vous faire doubler !

    Répondre Modérer
  6. V.G. says:

    Que n’est il resté dans le giron des Armées qui déjà à l’époque balança le Cadre aux civils pour faire des économies!

    Répondre Modérer
  7. Nini says:

    Soutien a vous ✊🏻

    Répondre Modérer
  8. bourgeais says:

    Ils auront gagnés quand tout sera partis de Saumur ….pitoyable le cadre noir

    Répondre Modérer
    • Vlady Boissin says:

      Contre le droit de grève monsieur Bourgeais ?La grève est devenue un droit depuis le célèbre préambule constitutionnel du 27 octobre 1946 : « Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui la réglementent. » Vous pensez que Mme LePen supprimera cet acquis , si par malheur elle est élue Présidente de la République.

      Répondre Modérer
  9. Céline says:

    Quel est le salaire moyen au cadre noir ?

    Répondre Modérer
    • Vlady Boissin says:

      Source wikipedia , qui ne doit pas être loin de la vérité : Les salaires sont modestes : embauchés à 1.600 euros, les écuyers perçoivent 2.800 euros en fin de carrière.

      Répondre Modérer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont limités à 500 caractères.

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Ne manquez plus aucune actualité !

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?